SpaceX a encore réussi à faire atterrir une fusée sur une plateforme en mer

Elon Musk peut se frotter les mains. SpaceX a en effet réussi une fois de plus à faire atterrir le premier étage d’une de ses fusées sur une plateforme située en pleine mer, au large de la Floride. Et attention car cette fois le lanceur Falcon 9 a atteint l’orbite géostationnaire avant de redescendre vers la terre ferme. Bel exploit.

Si SpaceX travaille depuis plusieurs années sur une technologie permettant de récupérer le premier étage de ses lanceurs, ce n’est pas uniquement pour montrer l’étendue de son savoir-faire.

SpaceX

SpaceX a encore réussi à récupérer le premier étage d’une de ses fusées.

Les lanceurs coûtent effectivement très cher à produire et c’est en partie pour cette raison que les missions spatiales sont assez rares.

SpaceX souhaite réduire le coût des missions spatiales en réutilisant le premier étage de ses fusées

En  récupérant le premier étage de ses fusées, l’entreprise va donc pouvoir réaliser d’importantes économies, ce qui aura pour effet d’augmenter ses marges et de la rendre plus compétitive vis à vis de ses concurrentes.

Le lancement de la fusée Falcon 9 a eu lieu à 1h21 heure locale à partir de Cape Canaveral en Floride. Il était alors 7h21 à Paris. L’opération s’est bien passée et la fusée a ainsi atteint l’altitude fixée par les ingénieurs en charge du projet. Ensuite, le premier étage s’est détaché et il a commencé à redescendre vers la terre ferme, à une vitesse atteignant les 2 km/s.

Les moteurs secondaires se sont très vite enclenchés afin de réduire la vitesse de l’appareil. L’étage s’est ensuite posé sur une plateforme située à environ 600 km au large de la Floride, huit minutes et demi plus tard.

Ce n’est pas la première fois que SpaceX réussit à récupérer le premier étage de son lanceur. L’entreprise était en effet parvenue à atteindre cet objectif en fin d’année dernière mais elle avait ensuite essuyé deux échecs cuisants avant de remporter une nouvelle victoire le 8 avril dernier.

SpaceX avait évalué les chances de succès de cette tentative à 50 %

Toutefois et comme indiqué un peu plus haut, cette fois la situation était un peu différente car la fusée a atteint une altitude beaucoup plus élevée et il a fallu augmenter la puissance des moteurs pour freiner sa chute.

En outre, l’échauffement provoqué par ce retour de l’étage était bien plus fort que les fois précédentes. SpaceX avait d’ailleurs évaluer les chances de succès de cette tentative à 50%.

Belle réussite, donc, mais l’entreprise de Elon Musk va maintenant devoir prouver qu’elle est bien en mesure de réutiliser le premier étage de sa fusée. Sans ça, elle aura sans doute beaucoup de mal à convaincre ses clients de l’intérêt de sa technologie.