SpaceX a fait éclater le réservoir d’un prototype de Starship SN7 dans le cadre d’un test

Afin de perfectionner ses fusées, SpaceX ne cesse d’enchaîner les expériences. Récemment, c’est sur son site d’essai situé à Boca Chica, que le réservoir d’un prototype de Starship SN7 a été testé jusqu’à ce qu’il éclate, dans le cadre d’un test de pression.

Pour ceux qui sont intéressés, une vidéo en gros plan de la scène, prise par la NASA est disponible sur la toile. On peut y voir l’éclatement du réservoir qui a atteint ses limites, laissant s’échapper des panaches blancs d’azote qui l’ont ensuite totalement englouti.

Un lancement réalisé par SpaceX

Photo de SpaceX – Unsplash

Malgré la pandémie actuelle et les diverses restrictions qu’elle impose, SpaceX ne chôme donc pas. Les caméras du site de South Padre Island et celles de la NASA ont ainsi immortalisé le remplissage du réservoir testé avec de l’azote liquide extrêmement refroidi suivi de la destruction de ce dernier.

SpaceX va maintenant utiliser de l’acier inoxydable pour le réservoir

Selon les informations relayées, c’était pour définir la capacité maximale de ce prototype de réservoir de Starship SN7 que cet essai a été effectué.

Il est important de préciser que si SpaceX effectue ce genre de test poussé à l’extrême, c’est pour perfectionner la conception de ses fusées, qui pourraient prochainement être utilisées pour les missions lunaire et martienne à venir.

Les résultats finaux de ce récent test sont très encourageants, selon Elon Musk, le PDG de SpaceX. D’ailleurs au vu de ces résultats, l’entreprise va maintenant utiliser un acier inoxydable 304 L – dans lequel du chrome et du nickel sont ajoutés à l’alliage pour plus de résistance – afin de concevoir le réservoir du prototype.

À lire aussi : SpaceX vous propose de tester StarLink

Le deuxième test pour le réservoir de ce prototype du Starship SN7

Le 15 juin dernier, un essai a provoqué une fuite sur le même prototype de réservoir. Suite aux résultats de ce premier essai, Elon Musk a eu l’idée de repousser les limites de ce dernier jusqu’à causer sa destruction.

Ce qu’il n’a pas manqué de partager sur Twitter et qui a finalement conduit à ce nouveau test de pression.

Notons que le Starship SN7 est l’un des candidats susceptibles de servir pour la mission Artemis de la NASA.

Grâce à cette mission, l’homme posera peut-être une nouvelle fois ses pieds sur la Lune d’ici 2024. L’Agence spatiale américaine prévoit également de le faire pour la première fois sur Mars et commence à préparer le terrain à cette fin.