SpaceX a lancé 57 nouveaux satellites pour compléter la galaxie StarLink

Le projet Starlink de SpaceX se concrétise lentement, mais sûrement. Le vendredi 7 août 2020, la société spatiale d’Elon Musk a effectué le lancement de 57 nouveaux satellites qui ont rejoint la constellation Starlink.

Cette opération s’est déroulée sans anicroche. Pour rappel, cette mission a été reportée à de nombreuses reprises en raison de problèmes techniques et météorologiques. Ces 57 nouveaux satellites ont été lancés par la fusée Falcon 9 depuis la base aérienne de Cape Canaveral, en Floride.

Une panache de fumée lors du lancement dune roquette

Photo SpaceX. Crédits PIxabay

Le lancement a eu lieu à 22h12 (heure du Pacifique) et a été retransmis en direct sur le site de SpaceX.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

La constellation StarLink s’agrandit

Il s’agit du huitième lancement réalisé cette année par SpaceX, dans le cadre du projet StarLink. Pour rappel, la société spatiale veut créer une constellation de satellites en orbite basse pour fournir au monde entier une connexion internet à haut débit.

Le réseau StarLink comprend déjà 595 satellites. L’objectif d’Elon Musk est d’envoyer 42 000 satellites en orbite basse. Les 57 nouveaux satellites qui sont récemment venus s’ajouter à la constellation StarLink pèsent chacune 260 kilos. En dehors des satellites de SpaceX, Falcon 9 a également effectué le lancement de deux satellites appartenant à la société BlackSky.

Un projet qui inquiète les astronomes

Après le lancement de ces satellites, le premier étage du lanceur Falcon 9 a atterri sur le droneship « Of course I still love you », dans l’océan Atlantique. Elon Musk a dû se féliciter de la réussite de cette nouvelle opération. Toutefois, il faut savoir que de nombreuses personnes sont réticentes à la création de cette constellation de satellites.

En effet, il y a quelques mois, les astronomes ont fait part de leur inquiétude face à la réalisation du projet de SpaceX. Ces derniers craignent que ces satellites engendrent une pollution lumineuse qui pourrait entraver les futures observations scientifiques. Qui plus est, la présence de ces objets dans l’espace augmente les risques de collisions avec les débris spatiaux.

Elon Musk a répondu aux chercheurs en expliquant que ces appareils n’auront aucune conséquence sur les découvertes astronomiques. Après avoir proposé de peindre ces satellites en noir dans le cadre du projet DarkSat, le patron de SpaceX a développé un nouveau système pour réduire la luminosité de ses engins. Cette approche a été baptisée VisorSat et consiste à équiper les satellites d’un pare-soleil pour bloquer la lumière.

Mots-clés spacexstarlink