SpaceX a lancé 60 nouveaux satellites pour Starlink

Bien que le monde soit paralysé par le Coronavirus, cela n’empêche pas SpaceX de continuer à œuvrer pour la réalisation de son projet Starlink qui vise à offrir une connexion internet haut débit depuis l’espace au monde entier. Ainsi, le 18 mars 2020, la compagnie d’Elon Musk a effectué le lancement de 60 nouveaux satellites qui vont rejoindre la constellation Starlink.

Au total, ce sont 42 000 satellites que SpaceX prévoit d’envoyer en orbite. Il faut savoir que la firme d’Elon Musk a déjà placé 242 satellites en orbite, dans le cadre de ce projet. Le lancement qui a eu lieu le 18 mars dernier est le quatrième effectué cette année par SpaceX pour Starlink.

Crédits Pixabay

Bien que le lancement des satellites se soit bien passé, l’atterrissage du premier étage de la fusée Falcon 9 a échoué.

Falcon 9 a rencontré des problèmes

Le lancement s’est fait à 8h16 (heure locale) depuis la Floride (États-Unis). Pour cette mission, SpaceX a utilisé la fusée Falcon 9 qui a déjà fait ses preuves à quatre reprises. Toutefois, pour ce cinquième lancement, la fusée a rencontré quelques problèmes.

Elon Musk a expliqué dans un message publié sur Twitter qu’un des moteurs de la fusée Falcon 9 s’est arrêté automatiquement lors de l’ascension, mais que cela n’a eu aucun impact sur la mise en orbite des satellites. « Cela prouve l’utilité d’avoir 9 moteurs ! Des enquêtes poussées seront nécessaires avant la prochaine mission. » a-t-il écrit.

Un atterrissage raté pour le premier étage de la fusée Falcon 9

C’est Jessica Anderson, ingénieure de SpaceX, qui a révélé que le premier étage de la fusée Falcon 9 avait raté son atterrissage.

« Le premier étage s’est séparé avec succès du deuxième étage, mais malheureusement aujourd’hui nous avons eu la confirmation que nous n’avons pas pu faire atterrir ce premier étage. »

Elle a ajouté que bien que cela soit assez décevant, le lancement des satellites s’est passé comme prévu. Désormais, les satellites devront utiliser leurs propulseurs ioniques pour atteindre une orbite opérationnelle à 550 km.

A termes, ces satellites permettront aux zones reculées du monde de jouir d’une connexion internet à haut débit avec un temps de latence de moins de 20 ms. L’ouverture commerciale de StarLink commencera cette année.

Mots-clés spacexstarlink