SpaceX a lancé une nouvelle flotte de satellite StarLink

Le lundi 06 janvier dernier, la compagnie SpaceX a lancé un troisième lot de 60 mini-satellites en orbite. Ces engins spatiaux de petite taille font partie de la future constellation géante de l’entreprise, dénommée StarLink, qui sera constituée de milliers d’appareils qui formeront un système mondial d’Internet à large bande.

Les 60 satellites se sont séparés avec succès de leur lanceur Falcon 9 au-dessus de l’océan entre l’Australie et l’Antarctique, une heure après le lancement qui a eu lieu à Cape Canaveral en Floride. Le déploiement des satellites a été retransmis à l’aide d’une caméra à bord de la fusée, ce qui a permis aux téléspectateurs d’assister à la mise en orbite des engins spatiaux.

Crédits Pixabay

Ainsi, actuellement, un peu moins de 180 éléments de StarLink sont en orbite autour de la Terre. Au final, le but de la compagnie est d’avoir un total de 42 000 satellites. Cependant, ce nombre assez élevé ne plaît pas vraiment à tout le monde, surtout les astronomes.

L’objectif de SpaceX

Par rapport au déploiement du réseau StarLink, l’objectif de SpaceX est de contrôler une grande partie du futur marché de l’Internet à partir de l’espace. Dans ce domaine, l’entreprise a quelques rivaux qui ont également la même ambition. Il y a par exemple la startup OneWeb basée à Londres, et le géant de la distribution Amazon avec son projet Kuiper.

Elon Musk, le PDG de SpaceX, espère ainsi éventuellement contrôler 3 à 5 % du marché global d’Internet. Cela représente une part évaluée à 30 milliards de dollars par an, soit dix fois la somme gagnée par SpaceX avec ses lancements.

D’après ce que l’on sait, Musk compte ensuite employer cet argent pour le développement de lanceurs et de vaisseaux spatiaux, son rêve étant de voir un jour la race humaine coloniser la planète Mars.

Grogne des astronomes

Jusqu’ici, SpaceX a reçu l’autorisation d’envoyer 12 000 éléments en orbite, et la compagnie a fait une demande pour être autorisée à en lancer 30 000 de plus. En ce qui concerne les satellites, un total de 42 000 éléments peut être qualifié de très élevé puisqu’actuellement, il n’y a environ que 2 100 satellites actifs qui tournent autour de la Terre. Face à cette situation, les astronomes tirent la sonnette d’alarme. Ces derniers s’inquiètent plus particulièrement du fait que la prolifération de ce type d’engin spatial pourrait nuire à l’observation du ciel nocturne, interférant en même temps avec l’astronomie optique et la radioastronomie.

De son côté, SpaceX a déclaré avoir pris les mesures nécessaires pour réduire la réflectivité des appareils et êtreont actuellement en train de tester un traitement expérimental d’assombrissement sur l’un des engins spatiaux. Selon Laura Forczyk, analyste spécialisée dans le domaine spatial, l’efficacité de ces mesures est encore incertaine.

En tout cas, la machine est en marche et SpaceX ne compte sûrement pas s’arrêter dans le déploiement de sa constellation. On verra bien assez tôt si les dispositions prises par la compagnie vont suffire à rassurer les astronomes.

Mots-clés spacexstarlink