SpaceX et ULA deviennent les prestataires attitrés de l’US Air Force et de l’US Space Force pour les 5 prochaines années

Le Département de la défense des États-Unis vient de signer un contrat octroyant à SpaceX et à United Launch Alliance (ULA) les droits sur les prochains lancements et les opérations à caractère aérospatiales des forces armées américaines pour la plage 2022–2027.

La signature de ce contrat, annoncée le vendredi 7 août dernier, fait donc d’ULA et de SpaceX les prestataires officiels de l’US Space Force pour les 5 prochaines années. Ils seront alors chargés de construire et de mettre en orbite les satellites, ainsi que divers dispositifs dans le cadre de la phase 2 du NSSL (National Security Space Launch).

Une panache de fumée lors du lancement dune roquette

Photo SpaceX. Crédits PIxabay

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

À part les deux gagnants, cette course pour devenir prestataires de l’armée américaine aura rassemblé d’autres grandes figures du domaine aérospatial, dont Northrop Grumman et Blue Origin. Malheureusement, et au grand dam de ces dernières, c’est SpaceX et ULA qui ont ravi les premières places.

Quatre concurrents de taille dans cette course

Pour information, la phase 2 du NSSL fait partie du programme des forces armées américaines pour les lancements orbitaux qui auront lieu sur la période 2022 – 2027. Les concurrents, Northrop Grumman, Blue Origin, SpaceX et ULA, se sont donc opposés dans une compétition, faisant montre de leurs capacités et de leurs atouts, tout en espérant décrocher le contrat.

Et c’est apparemment un très gros contrat, le remporter ouvrant la voie aux signataires à plusieurs millions de dollars par an, pour le financement de la construction de différents dispositifs pour le compte de l’armée américaine, mais également leurs lancements.

Ainsi, ULA obtiendra 60 % des contrats de lancement contre 40 % pour SpaceX, sur les 5 prochaines années. En effet, ce contrat avec l’armée est renouvelé tous les 5 à 7 ans. Une démarche qui laisse la chance aux deux autres concurrents de se rattraper à la phase 3.

Des mouvements stratégiques en arrière-plan

Selon les informations relayées par le Dr William Roper, cadre exécutif aux acquisitions, technologies et logistiques de l’US Air Force, 3 missions sont donc prévues dès 2022 : 2 lancements pour ULA et un pour SpaceX, avec des financements respectifs de 337 et 316 millions de dollars.

Toujours selon le responsable, il n’y a pas de plafond quant au nombre de lancements que le Pentagone commandera, les prévisions tournant autour des 32 missions.

Cette deuxième phase du NSSL soutient par ailleurs le souhait du Département de la défense de mettre un terme à la dépendance aux lanceurs russes. De plus, ces actions visent à terme à perfectionner les capacités spatiales de l’US Space Force, tout en promouvant l’indépendance technologique des États-Unis.