SpaceX tenterait de mettre les habitants d’un hameau du Texas à la porte de chez eux

SpaceX fait face à de graves accusations. D’après Vice, le géant américain ferait effectivement pression sur les habitants de Boca Chica Village au Texas afin de les inciter à quitter leurs domiciles.

Boca Boca Village se trouve dans le comté de Cameron au Texas et le hameau existe depuis 1967. Toutefois, en dépit de son âge, il ne comptait pas plus de 6 habitants lors du dernier recensement en 2008.

Une panache de fumée lors du lancement dune roquette
Photo SpaceX. Crédits PIxabay

Ce n’est cependant pas pour cette raison qu’il se retrouve sous les feux des projecteurs à présent.

SpaceX a des vues sur Boca Boca Village

Boca Boca Village a pour principal particularité sa localisation. Le hameau se trouve en effet sur la route qui mène au centre de lancement de SpaceX.

Le SpaceX South Texas Launch Site se trouve en effet à seulement quelques kilomètres de la bourgade. Lorsque la firme d’Elon Musk a choisi le site en août 2014, elle a donc commencé à se rapprocher des habitants du hameau afin d’entamer des négociations. Compte tenu de la nature de son activité, elle ne peut effectivement pas se permettre d’avoir des habitations autours de sa base de lancement.

Comme le rapportent nos confrères, SpaceX a commencé par offrir aux habitants de Boca Boca Village trois fois la valeur estimative de leurs maisons. Avec des prix allant jusqu’à 150 000 $. Certains ont accepté, d’autres non.

A lire aussi : SpaceX, un nouveau test mené avec brio

Des négociations tendues

SpaceX est alors revenu à la charge, cette fois en leur faisant une offre de moindre importance et équivalente à environ deux fois la valeur estimative de leurs maisons. C’est plus ou moins à ce moment que Vice TV a produit un documentaire sur l’affrontement entre les habitants de Boca Boca Village et SpaceX.

Or justement, suite à la diffusion de ce reportage, SpaceX aurait recontacté les résidents restant pour leur faire une offre équivalente à trois fois la valeur estimative de leur maison. Tout en précisant que ce serait la dernière et la meilleure offre de l’entreprise… et que leur maison allait de toute manière se retrouver dans une zone à risque établie et interdite à tous les civils. Autrement dit, qu’il était préférable pour eux d’accepter l’offre plutôt que de se voir chasser de leur maison.

Reste que la proposition n’a pas eu l’effet escompté. Mary Bloomer, une des résidentes du hameau, a ainsi confié à nos confrères de Vice que l’offre de SpaceX ne lui permettrait pas de retrouver un autre logement dans les environs et qu’elle ne pouvait donc pas l’accepter. Celia Garcia, une autre habitante du hameau, a expliqué la même chose, tout en indiquant que les maisons achetées avaient été rénovées par SpaceX et qu’elles étaient même habitées pour certaines par des employés de l’entreprise.

A lire aussi : On en sait un peu plus sur le futur port spatial de SpaceX

Un hameau qui pourrait devenir une zone de villégiature pour les futurs voyageurs spatiaux

Plus surprenant encore, d’après elle, SpaceX aurait même fait installer de nouvelles fosses septiques et la firme aurait même communiqué sur un projet visant à faire du hameau une zone de villégiature, avec un bar et un restaurant. Selon elle, l’argument du risque ne tint donc pas.

Ce que semble par ailleurs confirmer une offre d’emploi publiée par l’entreprise sur Greenhouse, une offre visant un responsable du développement du complexe de Boca Boca Village… L’annonce est assez claire et elle indique entre autres que SpaceX compte faire du site un port spatial du 21e siècle. C’est en effet depuis le site que seront tirées les fusées à destination de Mars.

La lettre adresse aux résidents restants fixait également une dalle limite pour l’acceptation de l’offre. Ils devraient ainsi répondre à SpaceX avant le 2 octobre, soit avant la fin de la semaine dernière. Bloomer et Garcia ont refusé l’offre et elles sont toutes les deux décidées à ne pas se laisser faire.

De leur côté, les pouvoirs publics ne semblent pas vouloir apporter leur soutien aux résidentes.

Mots-clés spacex