SpaceX vient d’envoyer 60 satellites Starlink en orbite

Le mercredi 28 avril dernier, une fusée Falcon 9 de SpaceX décollait du Space Launch Complex 40 au Cape Canaveral Space Force Station. A son bord, il y avait 60 satellites Starlink destinés à rejoindre ceux déjà en orbite pour former la méga-constellation promettant d’offrir un accès à Internet à toutes les régions du monde.

Ce que ce dernier lancement avait de particulier, c’est le fait que le booster utilisé était à son 7ème vol, et il a aussi réussi à atterrir pour la 7ème fois, cette fois-ci sur la barge automatisée du nom de « Just Read the Instructions ». D’après l’ingénieur de SpaceX Jessie Anderson, qui a commenté le lancement, c’est la 81ème fois que la compagnie réussit à récupérer le premier étage de la fusée Falcon 9.

Crédits Pixabay

Cette année encore, SpaceX procède à ses lancements avec un rythme soutenu, le lancement du 28 avril dernier étant déjà le 12ème cette année. La majorité de ces lancements correspondent à des mises en orbite de satellites Starlink dont le nombre dépasse déjà les 1 440 de la constellation initiale.

Repousser les limites de la réutilisation

Selon les informations, SpaceX compte réutiliser ses boosters jusqu’à leur limite. Celui qui a été utilisé le 28 avril, dénommé B1060, fait d’ailleurs partie des vétérans de la flotte avec ses 7 vols et 7 récupérations. La première fois qu’il a été utilisé, c’était pour lancer un satellite GPS III de l’U.S. Space Force en juin 2020. C’était la première fois que l’armée autorisait SpaceX à récupérer le premier étage de leur fusée après la mise en orbite d’un appareil de l’armée. Le booster a ensuite été utilisé pour 6 lancements, dont un pour mettre en orbite un satellite de communication de la Turquie, et 5 pour des satellites Starlink.

En tout, SpaceX est maintenant à 115 lancements pour le Falcon 9, et cela fait maintenant 61 fois qu’un booster a été réutilisé. Lorsque le Falcon 9 a été déployé en 2018, Elon Musk, le PDG de la compagnie, a indiqué qu’ils s’attendaient à ce que chaque booster vole 10 fois avec des rénovations mineures et jusqu’à 100 fois en tout avant d’être mis à la retraite. Après le lancement de la mission Crew-2, Musk a aussi déclaré par rapport à la réutilisation des boosters que même si personne ne va vouloir voler avec un booster « vétéran », un booster ayant déjà volé une ou deux fois serait probablement mieux pour une mission habitée.

Musk a ajouté que parmi les fusées de SpaceX, il y en a une qui a déjà volé 9 fois et qu’ils pensent bientôt la faire voler une dixième fois. Le PDG de SpaceX a parlé de leur plan de lancer des satellites Starlink avec des boosters récupérés jusqu’à ce que ceux-ci atteignent leur limite et se cassent.

Starlink se met en place

Pour ce qui est de la constellation Starlink, plus de 1500 satellites sont actuellement en orbite autour de la Terre, parmi lesquels ceux qui ne sont plus opérationnels. Il reste encore de nombreux lancements avant les dizaines de milliers prévus.

Le but de SpaceX concernant Starlink et de pouvoir fournir une connexion Internet partout dans le monde, même dans les régions les plus enclavées. Actuellement, le service est dans sa phase de test béta, avec des utilisateurs des Etats-Unis, du Canada, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, ainsi que de la Nouvelle-Zélande pouvant y avoir accès. L’on sait que les précommandes sont maintenant ouvertes et que la compagnie prévoit un déploiement complet vers la fin de cette année.

Il ne reste ainsi plus que quelques mois avant de pouvoir utiliser le service Internet de SpaceX et voir si celui-ci arrive bien à satisfaire les attentes des utilisateurs.

Mots-clés spacexstarlink