Spyro Reignited Trilogy rallume la flamme en septembre sur PS4 et Xbox One

Probablement décidés avant même que le retour de Crash Bandicot ne soit auréolé de succès, les remakes des trois premiers épisodes de Spyro le dragon viennent d’être annoncés pour une sortie à la rentrée sur PS4 et Xbox One. Une Spyro Reignited Trilogy pour laquelle on peut toutefois se demander si le public sera, là aussi, massivement au rendez-vous.

Dans un monde qui se réjouit chaque jour de l’arrivée d’un indé semi-poussiéreux ou d’un titre Wii U sur Switch, et où les remakes, remastérisations et autres “reboots” semblent faire de la PS4 une machine qui aurait oublié de vivre avec son temps, comment accueillir autrement l’annonce de cette Spyro Reignited Trilogy que par un “Hey, what did you expect ?”

Activision vient en effet d’officialiser la nouvelle ressortie des trois premiers volets de la franchise Spyro. Nouvelle, car ces jeux, initialement parus sur PlayStation en 1998, 1999 et 2000, étaient ensuite réapparus sur le PSN pour étendre l’expérience à la PSP, et plus tard à la PS Vita.

Spyro Reignited Trilogy : sur PS4 et Xbox One, mais pas encore Switch ?

À la manière de la Crash Bandicoot N. Sane Trilogy, Spyro Reignited Trilogy ne sortira pas seulement sur une machine Sony, ici la PS4, puisque la Xbox One est également concernée. Confiés au studio Toys for Bob, chargé du portage Switch de la trilogie Crash, ces remakes seront enrichis en défis additionnels en plus d’afficher une robe plus séduisante que sur 32 bits. Et pour cadrer avec le vingtième anniversaire de la licence, Spyro Reignited Trilogy paraîtra le 21 septembre prochain. Aucune information n’a été ajoutée quant à une éventuelle sortie sur PC et Switch, mais gageons qu’Activision souhaite, tout comme avec le retour de Crash, profiter d’un double effet Kiss Cool.

Cette compilation sera en tout cas l’occasion pour les nouveaux venus de découvrir qu’avant Rachet and Clank et après le FPS Disruptor, Insomniac Games avait fait ses gammes de plates-formes dans une série de jeux à monde ouvert où l’intérêt résidait dans la collecte de machins et de trucs, si toutefois l’ennui de la chose et la caméra peu conciliante n’avaient pas eu raison de la volonté du joueur.