Square Enix pourrait songer à proposer les versions originales de ses anciens Final Fantasy

Yoshinori Kitase, producteur des derniers Final Fantasy, dit avoir pris en compte les retours de joueurs disant avoir été dérangés par l’aspect des portages de Final Fantasy V et VI sur mobiles et PC. À près de 15 euros le jeu sur Steam, on peut comprendre l’envie de certains de passer du côté obscur, celui de l’émulation.

À partir du moment où Square Enix a commencé à comprendre que Final Fantasy et l’Occident n’étaient pas forcément antinomiques, on a commencé à voir ressurgir, après le succès mondial de Final Fantasy VII, plusieurs épisodes antérieurs. Manque de chance pour qui n’avait jamais touché à Final Fantasy V et VI (Final Fantasy IV ayant étrangement échappé au désastre), leurs premiers portages proposés en, respectivement, 1998 et 1999, se sont rapidement révélés inférieurs aux originaux, la faute essentiellement à des musiques moins percutantes et à des temps de chargement inédits.

Sont ensuite venues les versions Game Boy Advance, plus fidèles et complètes mais tout de même un peu trop tassées et désormais proposées à des tarifs peu recommandables. Et puis, l’avènement des smartphones a motivé Square Enix à relancer ses anciennes gloires auprès d’un public ne les ayant pas forcément connues à l’époque.

Kitase “gardera à l’esprit” que l’Occident n’a pas aimé les portages mobiles et PC de FFV & VI

Rien qu’avec une interface adaptée au tactile et des sprites redessinés, Final Fantasy V et Final Fantasy VI n’ont plus semblé les mêmes sur ces nouveaux supports. Et alors que l’on pouvait penser que ces changements resteraient confinés au monde du mobile, l’arrivée de ces titres sur PC, via Steam, a été l’occasion de se mettre le doigt dans l’œil jusqu’à en pleurer en 32.768 couleurs.

Dans un entretien accordé à Kotaku sur notamment le futur de la franchise Final Fantasy, il a été rapporté au producteur de ses récents épisodes Yoshinori Kitase que les joueurs nord-américains (pour ne pas inclure le reste de l’Occident) n’ont pas vraiment apprécié la refonte graphique de Final Fantasy V et VI sur mobiles et PC, à l’apparente différence du public japonais. À la question de savoir s’il serait possible de se contenter d’éditer les versions originales de ces jeux sur des plates-formes modernes, M. Kitase est apparu surpris :

“En fait je suis curieux de savoir, je pense que le portage, celui auquel vous pouvez accéder maintenant, affiche les artworks les plus brossés, et qui sont un peu plus affinés. Est-ce que les fans veulent veulent voir l’ancienne version qui n’est pas aussi affinée ? Est-ce leur sentiment ?”

Son interlocuteur ne s’est pas privé de lui répondre par l’affirmative, ce à quoi le producteur a témoigné d’un début de prise de conscience : “Compris. Je garderai ça à l’esprit.” Il aurait d’ailleurs été probablement pertinent de lui mentionner l’exemple de Final Fantasy IV: The Complete Collection sorti en 2011 sur PSP, aujourd’hui la meilleure version de FFIV à ce jour (ne serait-ce que pour les non-japonophones) pour avoir su renforcer une formule déjà efficace sans en avoir trahi le cœur.

Mots-clés final fantasy