Stadia : Google s’exprime sur les retards de livraison pour les codes d’accès

Les promesses ne semblent toujours pas tenues pour Stadia, service de cloud gaming proposé par Google. Malgré une date de lancement annoncée pour le 19 novembre, les retards et désillusions s’accumulent. Déjà dans ce que propose réellement le produit, puisqu’il faudra payer un abonnement en plus de l’achat des jeux plein pot – car non, il ne s’agit pas là d’un « Netflix du jeu vidéo » comme annoncé plus tôt. Des jeux, qui ont parfois plusieurs années, affichés à des prix bien au-dessus de la concurrence – un Assassin’s Creed Odyssey sera à 35 euros contre 24,79 euros sur le store Ubisoft.

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là puisque beaucoup n’ont même pas reçu les codes d’accès à Stadia.

Google Stadia n'exigera pas grand chose de votre part au niveau hardware

Google Stadia n’exigera pas grand-chose de votre part au niveau hardware

Un retard qu’un cadre de Google a commenté sur Twitter, comme le rapporte 9to5google.

Stadia connaît un lancement difficile

Comment Google, firme tech milliardaire, a-t-elle pu accuser un tel retard pour le lancement de son service de cloud gaming ? Car ce sont des milliers de joueurs qui ont déboursé plus de 100 euros pour posséder le Founder’s Edition et avoir accès dès le 19 novembre à la plate-forme. Pourtant, beaucoup ne peuvent en profiter puisque les codes d’accès n’ont pas été envoyés. Un journaliste est notamment concerné et l’a fait savoir si son compte Twitter.

L’un des cadres de Stadia, Andrey Doronichev, a lui-même répondu au journaliste sur Twitter, mais aura supprimé par la suite son message. Fort heureusement, 9to5google a pu faire une capture d’écran du tweet en question. Peut-on voir en cette suppression l’aveu que tout ne se passe pas comme prévu pour Google Stadia ?

Depuis, les codes d’accès auraient commencé à être envoyés suite à cette publication d’Andrey Doronichev. Reste que la promesse de Stadia n’est pas tenue et que les joueurs n’ont pas pu accéder aux 22 jeux du catalogue le 19 novembre dernier.

Un lancement qui entache l’image de Stadia, service lancé sur un secteur déjà bien engorgé avec trois leaders : Microsoft, Sony et Nintendo. Espérons donc que la plate-forme de Google corrige ses erreurs pour espérer se faire une place face à une industrie ultra concurrentielle. Pour le moment, seule la déception semble au rendez-vous.

Un cadre de Stadia reconnaît le retard dans les livraisons