StarLink coûte 99 $ par mois en bêta

StarLink a beau être très décrié par la communauté astronomique, le projet semble avancer à pas de géants. Pour preuve, selon CNBC, l’entreprise aurait envoyé un courriel promotionnel aux personnes inscrites à son programme bêta, un courriel contenant pas mal d’informations comme… le prix de l’abonnement.

Cela ne vous aura sans doute pas échapper, mais nous sommes très loin d’avoir tous accès à une connexion en haut ou même en très haut débit. Même en France, il reste encore de nombreuses zones blanches où les gens n’ont d’autre choix que de se tourner vers des connexions satellitaires.

Un satellite survolant la Terre
Photo de SpaceX – Unsplash

Des connexions souvent proposées à des prix très dispendieux, et proposant parfois des débits ou des latences poussives.

StarLink, la solution qui va connecter le monde ?

Elon Musk, de son côté, souhaite changer les choses et c’est ce qui l’a poussé à travailler, avec des ingénieurs de SpaceX, sur StarLink. L’idée est assez simple et ce projet consiste tout simplement à déployer une constellation de plusieurs centaines de satellites afin de permettre à tous les habitants de cette planète d’avoir accès à du très haut débit.

Pour l’heure, StarLink se trouve toujours en développement, mais le projet semble tout de même en bonne voie. Utilisé depuis quelques mois par l’US Army, ce dernier fait également l’objet d’une bêta fermée sur le sol américain et plusieurs particuliers vont donc pouvoir bénéficier de ses bienfaits… à condition d’y mettre le prix.

Ce qui nous amène à ce fameux courriel évoqué en début d’article.

A lire aussi : StarLink déjà utilisé dans le cadre de communications d’urgence

499 $ pour le kit d’accès à StarLink

Selon CNBC et d’autres sources, donc, StarLink aurait envoyé en début de semaine un nouveau courriel à ses bêta-testeurs, un courriel listant toutes les modalités à suivre afin de pouvoir bénéficier du service. Et autant vous prévenir de suite, StarLink se paiera au prix fort.

Les futurs abonnés au service devront ainsi commencer par se procurer le kit nécessaire à l’accès au réseau. Proposé à 499 $, ce dernier regroupe à la fois l’antenne et le boîtier/routeur. Et bien sûr, le prix ne comprend pas les frais d’installation. Ce sera donc à chacun de se débrouiller.

StarLink semble cependant avoir bien fait les choses. La compagnie a en effet lancé des applications sur iOS et Android, des applications qui permettent d’obtenir de nombreuses informations sur le service, mais également une aide pour installer l’antenne.

A lire aussi : 3 % des satellites StarLink ne fonctionneraient pas correctement

99 $ par mois ensuite

Ces outils donnent en effet accès à un assistant expliquant, dans les grandes lignes, ou et comment l’installer. Elles aideront notamment les abonnés à identifier le meilleur endroit où placer l’antenne.

Mais l’aventure ne s’arrête pas là. En plus de ces frais d’installation, StarLink exigera de ses clients un abonnement mensuel facturé au prix de 99 $ par mois. Et attention, car l’entreprise précise bien que ce prix concerne uniquement la phase de bêta test. Autrement dit, elle se réserve le droit de le modifier au lancement commercial de l’offre.

Alors bien sûr, la constellation de StarLink n’est pas encore complète et les abonnés au service ne pourront pas profiter dès à présent des débits et latences promis par Elon Musk et ses comparses. En réalité, pour le moment, les vitesses varieront de 50 Mo/s à 150 Mo/s avec une latence comprise entre 20 et 40 ms. Et bien sûr, il ne faut pas s’attendre non plus à un signal stable.

Bêta oblige, StarLink évoque en effet de possibles coupures.

A lire aussi : StarLink veut aussi connecter Mars

StarLink bientôt en Europe ?

On rappellera tout de même que l’initiative de StarLink ne fait pas l’unanimité, notamment chez les amateurs d’astronomie. Les satellites utilisés par l’entreprise réfléchissent en effet la lumière du soleil et ils compliquent donc l’observation des étoiles et des planètes. De son côté, Elon Musk a mollement promis de prendre des mesures, et notamment de recouvrir ses satellites d’une peinture anti-réfléchissante, mais cela ne concernera que les prochains appareils de la flotte.

Et à l’heure actuelle, ce sont tout de même 800 satellites StarLink qui se baladent au-dessus de notre tête.

Pour en revenir à cette bêta, il faut rappeler que si elle se limite pour le moment au territoire américain, StarLink a annoncé qu’elle s’ouvrira au Canada plus tard dans l’année avant d’être proposée dans d’autres régions du monde en 2021.

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !

Mots-clés starlink