Starlink se paye un premier Speedtest : bien, mais peut mieux faire

Des captures d’écran montrant les résultats de tests de vitesse internet de Starlink sont apparues en ligne. Certes, on est encore loin du gigabit annoncé par Elon Musk, mais les chiffres sont prometteurs.

Le projet d’internet haut débit de SpaceX a beau diviser la communauté scientifique, les lancements de satellites se poursuivent. Actuellement, Starlink possède environ 600 satellites en orbite. Certes, c’est encore loin des 12 000 que la société a été autorisée à déployer, mais les tests ont déjà commencé. Bien que les bêta-testeurs soient soumis à une clause de non-divulgation, certains n’hésitent pas à contourner cette règle afin de nous permettre d’en apprendre davantage sur le programme. Des captures d’écran qui dévoilent plusieurs tests de vitesse effectués sur Ookla viennent ainsi d’être mises en ligne sur Reddit.

Des captures d’écran montrant les résultats de tests de vitesse internet de Starlink sont apparues en ligne

Bien évidemment, celles-ci ont été partagées anonymement.

Une vitesse de téléchargement de moins de 100 Mbps

Lors de l’annonce de Starlink, Musk a promis un débit théorique jusqu’à 1 Gbps par utilisateur. Si l’on en croit ces premières données, la firme a encore du travail. Les débits en téléchargement enregistrés par les utilisateurs oscillent effectivement entre 11 et 60 Mbps. En upload, les tests ont révélé des vitesses entre 5 et 18 Mbps.

Quant aux pings, ils varient entre 31 et 94 ms. Par définition, le ping ou latence désigne le temps nécessaire à un paquet de données pour passer de la source à la destination. Starlink promet un ping avoisinant 20 ms. À titre de comparaison, les réseaux par câble ont une latence entre 18 ms et 24 ms, contre 5 ms à 12 ms pour les réseaux fibrés, alors que pour une connexion DSL, on dispose généralement d’un ping entre 27 ms et 55 ms.

Les satellites géostationnaires ont une latence d’environ 600 ms en raison de leur altitude qui s’élève généralement à plus de 30 000 km. Pour atteindre une latence aussi faible, Starlink mise sur la création d’une constellation de satellites en orbite terrestre basse, soit à environ 500 km.

À lire aussi : Starlink a lancé 57 nouveaux satellites

Vers une amélioration progressive de la qualité du réseau

Pour l’instant, on est encore loin du nombre de satellites prévus d’être lancés dans le cadre de ce projet ambitieux de Musk. Nous pouvons ainsi nous attendre à une amélioration des débits au cours des prochains mois. En tout cas, la vitesse actuelle permet déjà de bénéficier d’un accès internet plutôt confortable dans les milieux où il est difficile d’obtenir même 1 Mbps.

Crédits Ars Technica

Mots-clés spacexstarlink