Starlink : une couverture globale pour septembre ?

Starlink, le service d’accès à Internet par satellite de SpaceX, sera bientôt opérationnel. Le constructeur aérospatial américain annonce une couverture globale à partir de la fin du troisième trimestre 2021.

Le projet est avant tout un rêve d’Elon Musk. Le milliardaire sud-africain parle depuis plusieurs années de fournir un accès à Internet par satellite à haut débit. Ce rêve est en train de se réaliser. Starlink se présente ainsi comme la promesse d’un accès à Internet à haut débit même dans les endroits les plus reculés. « Sans limites d’infrastructures traditionnelles au sol, Starlink peut fournir un accès Internet haut débit à des emplacements où l’accès n’a pas été satisfaisant ou totalement indisponible », explique SpaceX.

Le logo de Starlink sur fond noir
Starlink annonce une couverture globale à partir de septembre 2021

La compagnie appartenant à Musk a récemment obtenu l’autorisation de la Commission fédérale des communications de réduire l’altitude de ses satellites pour le réseau américain. Cette orbite terrestre basse passe alors de 1 100 à 550 km. La baisse va permettre d’améliorer la couverture.

La présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, a indiqué que la disponibilité dépendra de l’approbation et des règlementations de chaque pays. Par ailleurs, la version bêta du service est déjà en test dans 11 pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans certains États européens. La France en fait partie.

Un financement colossal pour déployer jusqu’à 12 000 satellites

En mai dernier, Musk annonçait sur Twitter que son service d’accès à Internet par satellites en orbite terrestre basse avait reçu plus de 500 000 précommandes. Le propriétaire de SpaceX précisait qu’aucun problème technique n’empêcherait sa compagnie de répondre à cette demande. Cependant, fournir un réseau Internet haut débit à plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs représente un défi de taille.

SpaceX a déployé en mai 2019 un premier lot de 60 satellites pour constituer son réseau. Ce nombre est depuis passé à 1 500 unités. « Nous avons déployé avec succès environ 1 800 satellites et une fois que tous ces engins auront atteint leur orbite opérationnelle, nous aurons une couverture mondiale continue, ce qui devrait se faire dès septembre », a expliqué Shotwell lors d’une réunion avec les investisseurs de l’entreprise.

La mise en place de Starlink n’en est cependant qu’à ses débuts. Le constructeur aérospatial américain envisage de mettre en orbite 12 000 satellites au total. Le coût de mise en œuvre est estimé à environ 10 milliards de dollars.

Bientôt la première source de revenus de SpaceX ?

Pour accéder au réseau Starlink, il faudra débourser près de 600 dollars. Ce tarif inclut les frais mensuels de 99 dollars et les 499 dollars pour obtenir le kit d’installation.

D’après les estimations, le service d’accès à Internet par satellite peut générer jusqu’à 30 milliards de dollars de revenus chaque année. Pour cela, SpaceX doit obtenir au moins 25 millions d’abonnés. Cette somme représente 10 fois de ce que le constructeur gagne en tant que fournisseur de lanceurs orbitaux.

Mots-clés starlink