StarLink va être testé par l’armée américaine pendant trois mois

L’armée américaine vient de signer un accord avec SpaceX, l’entreprise américaine à l’origine du réseau satellite haut débit Starlink. Signé le 20 mai dernier, cet accord de recherche et de développement coopératif donne à l’US Army trois ans pour essayer le service en question. Ainsi, SpaceX s’inscrit dans un « Cooperative Research and Development Agreement » ou CRADA qui est souvent utilisé par l’armée américaine pour tester un service proposé par une entreprise du secteur privé avant de s’engager pleinement.

Le projet sera supervisé par le United States Army Communications-Electronics Research, Development and Engineering Center ou C5ISR.

Un satellite survolant la Terre

Photo de SpaceX – Unsplash

Pour l’armée américaine, il s’agit d’une alternative qui pourrait renforcer sa connectivité par satellite afin de se défaire du temps de latence élevé et du débit limité de sa connexion actuelle.

Starlink pourrait améliorer la connectivité de l’US Army

Jusqu’à aujourd’hui, l’armée américaine utilisait le réseau de satellites géostationnaires placés en haute orbite terrestre. Bien que cela offrait une connectivité fiable, le réseau accusait toutefois d’une latence trop élevée.

En outre, l’armée utilisait de grandes antennes paraboliques montées sur des remorques pour accéder à ces satellites lors des missions sur le terrain. Ainsi, ce système était peu pratique au niveau de la mobilité.

Selon Joseph Welch, directeur adjoint du programme pour le commandement, le contrôle et les communications tactiques l’US Army, l’armée doit absolument trouver un moyen de répondre à la demande croissante de connectivité sur le terrain, et Starlink pourrait être la solution.

Pour ce projet, l’entreprise SpaceX a déployé une multitude de satellites de petite taille et en basse orbite terrestre pour obtenir une connectivité à haut débit depuis l’espace, permettant de couvrir les zones les plus enclavées et difficiles d’accès.

À lire aussi : Starlink, une bêta privée dans 3 mois aux Etats-Unis

La question d’équipement reste à voir

Il faut tout d’abord savoir que l’armée doit avoir le matériel nécessaire, dont des antennes spéciales pour suivre des milliers de satellites. En outre, il reste également la question sur la sécurisation des données transmises vers les stations au sol.

Rappelons que la société SpaceX prévoit de déployer la connexion haut débit par satellite Starlink dans le monde entier – surtout pour les zones où le haut débit est encore absent – depuis longtemps. Par ailleurs, Gwynne Shotwell, la présidente et cheffe de l’exploitation de la firme avait déjà évoqué l’idée de fournir ses services à l’armée auparavant.

À lire aussi : Les satellites StarLink seront bientôt moins visibles

Mots-clés starlink