Le Starship de SpaceX a enfin réussi à atteindre l’orbite terrestre

Le 14 mars dernier a été un grand jour pour SpaceX. Pour la première fois, la fusée géante Starship de l’entreprise a atteint l’orbite terrestre, ou du moins, le véhicule a atteint une vitesse orbitale qui lui aurait permis de rester en orbite. Le Starship a réussi cet exploit au cours de son troisième vol.

Le Starship a décollé de la Starbase de SpaceX dans le sud du Texas à 13 :25 GMT grâce à ses 33 moteurs Raptor. Après environ 2 minutes et 45 secondes, l’étage supérieur ou Starship, mesurant dans les 50 m, s’est séparé du premier étage dénommé Super Heavy. Grâce à ses propres moteurs Raptor, le vaisseau Starship a pu atteindre la vitesse nécessaire à un engin spatial pour ne pas retomber directement dans l’atmosphère.

Troisième vol du Starship de SpaceX
Crédits Josh Dinner/ Future

Peu après le décollage de la fusée, Elon Musk, le PDG de SpaceX, a déclaré sur X que Starship avait atteint une vitesse orbitale. Il a félicité l’équipe de SpaceX pour cet exploit, surtout que le lancement a eu lieu le jour du 22ème anniversaire de la création de SpaceX.

A lire aussi: La NASA et SpaceX testent le système d’amarrage entre le vaisseau Starship et la capsule Orion

Des leçons apprises des précédents vols

A la fin du test, ni le Super Heavy ni le vaisseau Starship n’ont survécu. Toutefois, les responsables de SpaceX ont déclaré que la mission a pu réaliser plusieurs de ses objectifs principaux.   

Ce troisième vol du Starship était désigné Integrated Flight Test-3 ou IFT-3. Les deux premières missions s’étaient terminées par des explosions avant que les véhicules n’atteignent l’objectif principal. Mais SpaceX a utilisé les données collectées au cours de ces deux tentatives pour permettre à la troisième mission de réussir.

Parmi les améliorations faites après les missions IFT-1 et IFT-2, il y a eu par exemple l’utilisation de la technique de séparation « hot staging ». Avec cette technique, les moteurs de l’étage supérieurs s’allument avant que les deux étages ne se séparent. Cette manœuvre a permis une séparation réussie au cours des missions IFT-2 et IFT-3.

Des manœuvres inédites

Après la séparation des deux étages, le Super Heavy a effectué un allumage de ses moteurs pour inverser le sens de son mouvement et rejoindre le site où il devait se poser. Cette manœuvre devait être suivie d’un autre allumage de moteurs pour ralentir le booster et le faire amerrir dans le Golfe du Mexique. Toutefois, les moteurs du Super Heavy ne se sont pas allumés comme prévu, ce qui a provoqué la perte du booster.

De son côté, l’étage supérieur Starship n’avait pas comme objectif d’entrer en orbite autour de la Terre, même si les conditions auraient pu le permettre. Le véhicule est entré dans une phase de croisière suborbitale durant laquelle certains tests ont été menés. SpaceX voulait tester entre autres le rallumage des moteurs Raptor dans l’espace, ainsi que le transfert de carburant cryogénique entre les réservoirs.

Après la réalisation de ces tests, le Starship devait rentrer dans l’atmosphère terrestre au-dessus de l’Océan Indien, environ 65 minutes après le décollage. Mais au cours de la rentrée, le contact avec l’engin a été coupé, et n’a plus été rétabli. Les responsables de SpaceX ont finalement annoncé qu’ils avaient perdu le vaisseau Ship 28.

Dans tous les cas, SpaceX aura une grande quantité de données à analyser pour améliorer encore la technologie du Starship avant les futures missions. L’entreprise a deux ans pour préparer le Starship en vue de la mission Artemis 3. Au cours de celle-ci, une version du vaisseau devra transporter des astronautes de la NASA de l’orbite lunaire à la surface de la Lune.

SOURCE: Space.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.