Cette start-up veut construire un hôtel dans l’espace

Jusqu’à présent, le tourisme se limitait à notre propre planète. Mais pour ceux qui en ont les moyens, ce loisir pourra bientôt s’étendre à l’espace. OAC (Orbital Assembly Corporation), une start-up unique en son genre veut même aller plus loin à travers un projet très ambitieux.

En effet, elle prévoit de construire rien de moins qu’un hôtel spatial. Pour ce faire, cette entreprise présidée par des anciens de la NASA compte utiliser un robot semi-autonome baptisé PSTAR (Prototype Structural Truss Assembly Robot). Les résultats des premiers essais réalisés grâce à un prototype sont justement très concluants.

La Terre vue de l'espace
Crédits Pixabay

Toutefois, ces tests réalisés grâce au prototype DSTAR (Demonstration Structural Truss Assembly Robot) ont eu lieu sur Terre. Avant de crier victoire, OAC devra encore mettre sa création à l’épreuve des conditions spatiales.

Un tournant décisif pour le tourisme spatial

Voyager Station, le palace spatial qu’OAC compte créer, sera en orbite autour de notre planète. Ce qui fournira une expérience unique aux 400 riches clients qu’il sera en mesure d’accueillir. Selon OAC, ce complexe d’une forme circulaire fera 200 mètres une fois construit. Et grâce à son système de rotation, ses hôtes profiteront d’une gravité semblable à celle de la Lune.

Pour information, la start-up prévoit d’entamer la construction de Voyager Station d’ici 2023. En attendant, l’appareil qui se chargera de l’assemblage de cet hôtel de l’espace devra encore être perfectionné. Et si l’on se fie aux informations communiquées, OAC est sur la bonne voie.

En effet, grâce à DSTAR, l’entreprise a réussi à construire une immense structure métallique, faisant la taille d’un terrain de football. Ce qui est assez impressionnant. Suite à cette prouesse, Tim Alatorre PDG d’OAC, n’a pas manqué de partager sa joie, soulignant qu’au rythme auquel le projet avance, il se pourrait que les premiers essais de PSTAR débutent bien en 2023.

A lire aussi : Que se passerait-il si la Terre tournait plus vite ?

Pour le moment, rien n’est joué d’avance

Comme nous l’avons indiqué, OAC a testé DSTAR sur Terre. L’on ignore si PSTAR connaîtra le même succès une fois dans l’espace, où de nombreux facteurs comme la microgravité pourront peser lourd dans la balance.

Mais si tout se passe bien, d’ici 2023, l’OAC prévoit d’envoyer PSTAR en orbite afin de construire une partie de Voyager Station faisant 48 mètres. Cette section circulaire permettra de générer une gravité artificielle par rotation, grâce à quatre modules de propulsions. Après quoi, Voyager Station devrait être opérationnel d’ici 2027.

Comme tous les projets de cette envergure ne sont pas à l’abri de pépins, croisons les doigts pour que tout se passe bien pour ce projet d’hôtel spatial.