Steam Controller : Valve écope d’une amende de 4 millions de dollars pour violation de brevet

Pour s’être illégalement servie d’une technologie dans la conception de son Steam Controller, la société Valve vient d’être condamnée à une amende de 4 millions de dollars. Le studio derrière Steam estimait n’avoir pas commis d’infraction.

C’est à l’issue d’un procès à distance débuté fin janvier que la société Valve vient d’être condamnée à 4 millions de dollars d’amende (environ 3,3 millions d’euros) pour violation de brevet. Le plaignant était Ironburg Inventions Limited selon lequel Valve avait été alerté, lors de la présentation d’un prototype de Steam Controller au CES de 2014, que la manette comportait des fonctionnalités qu’Ironburg avait brevetées peu de temps avant.

Steam Controller

En dépit de cet avertissement, Valve aurait estimé n’avoir enfreint aucun brevet et ainsi commercialisé son Steam Controller tel quel, rapporte VGC. Après s’être écoulé à 1,6 million d’unités, le contrôleur avait été officiellement abandonné en 2019.

Steam Controller : Valve aurait été prévenu en 2014 d’un brevet déposé par Ironburg

Me Robert Becker, avocat du plaignant, a évoqué une opposition a priori déséquilibrée et qui était censée profiter à la partie aux plus robustes épaules :

“Valve savait que son comportement comportait un risque déraisonnable d’infraction, mais elle a malgré tout et simplement procédé à l’infraction – l’histoire traditionnelle de David et Goliath : Goliath fait ce que Goliath veut faire”.

On nous précise que le montant des dommages et intérêts accordé par la justice pourrait grimper étant donné qu’il a été prouvé que Valve s’était livré à l’infraction en toute connaissance de cause. Pour l’anecdote, Law.com écrit que ce procès à été le premier réalisé à distance dans le cadre d’un dossier de brevets.

Valve enregistre un début d’année compliqué au niveau financier après avoir ainsi été condamné par la Commission européenne, en janvier dernier à 7,8 millions d’euros d’amende. Le studio de Gabe Newell et cinq éditeurs de jeux étaient reprochés d’user de pratiques anti-consommation sur Steam via des blocages par géolocalisation. Autrement dit, selon la localisation d’un utilisateur de la plate-forme, la disponibilité de tel ou tel contenu pouvait lui être défendue.

Si vous vous trouvez en Europe, essayez par exemple d’accéder à la page de Rocket Knight via un moteur de recherche. Il reste malgré tout possible d’enregistrer la clé de ce titre et d’y jouer sur un compte européen.