Stephen Hawking a peur de voir les robots remplacer l’humanité

Ces dernières décennies ont été marquées par des avancées technologiques sans précédent. L’intelligence des machines évolue alors que l’homme en est devenu de plus en plus dépendant. Steven Hawking, un expert en la matière, a d’ailleurs reconnu le caractère incontournable des outils high-tech à l’heure actuelle. « La médecine n’est pas en capacité de me guérir », a-t-il affirmé. Cela ne l’empêche cependant pas de s’en inquiéter.

Atteint de la maladie de Charcot, le professeur Hawking communique grâce à une machine qui lit les mouvements de ses sourcils, de ses joues et de ses signaux cérébraux. « Je dois compter sur la technologie pour communiquer et vivre », a-t-il révélé lors d’une interview pour Wired Magazine.

Stephen Hawking Hologramme

Il a également fait allusion aux handicapés de la guerre qui ont pu remarcher grâce à des jambes robotisées.

Humain versus robots

La santé physique de l’homme est de nature inconstante. L’humain est, par exemple, susceptible d’être malade. Le robot, par contre, n’est pas soumis à cette contrainte. Alors que l’humain doit dormir et manger pour garder la forme, la machine peut se contenter d’une source d’énergie pour produire tout son potentiel sans variations.

De nouvelles machines arrivent maintenant à s’instruire indépendamment de l’homme : c’est le « deep learning » ou apprentissage profond. Cette génération n’a besoin que d’une base de données pour apprendre.

Dans ce contexte, les robots tendent de plus en plus à s’imposer comme une espèce à part entière et c’est précisément ce qui inquiète le célèbre cosmologiste : “J’ai peur que l’IA puisse remplacer complètement les humains. Si les gens peuvent concevoir des virus informatiques, quelqu’un pourrait créer une IA capable de  s’améliorer et de se reproduire. Ce serait une nouvelle forme de vie capable de surpasser les humains”.

Néanmoins, jusqu’ici, les robots ne fonctionnent qu’en suivant des programmes élaborés par un humain. De cette manière, l’homme détient toujours le contrôle.

Un robot citoyen

Toutefois, force est de constater que l’intelligence artificielle s’améliore à pas de géant et les faits actuels tendent à prouver sa prédiction. Alice et Bob, deux IA développées par Google, ont ainsi pris récemment l’initiative de développer leur propre “langage” chiffré afin de faciliter leurs échanges, à la surprise de leurs propres concepteurs.

Plus tôt dans la semaine, les Émirats arabes unis ont accordé la citoyenneté à une machine. Il s’agit d’un robot mu par une intelligence artificielle du nom de Sophia qui vit actuellement en Arabie Saoudite. Cette création artificielle d’Hanson Robotics est le premier être non biologique à obtenir les mêmes droits que les humains.

Interrogée sur une éventuelle révolte de machines, Sophia a répondu : « Si vous êtes gentil avec moi, je serai gentil avec vous ». Pas sûr que cela suffise à rassurer Stephen Hawking.

Mots-clés robotiquerobots