Stephen Hawking appelle l’humanité à quitter la Terre

Stephen Hawking a pris la parole durant le Starmus Festival à Trondheim, en Norvège. Fidèle à ses habitudes, il a profité de l’occasion pour rappeler que l’avenir de l’humanité se trouvait dans l’espace. Pour lui, c’est même la seule solution pour assurer la survie de notre espèce.

Très apprécié des scientifiques, ce festival se pose davantage comme un rassemblement international axé sur toutes les questions en lien avec l’astronomie, l’exploration spatiale et les sciences connexes.

Avenir humanité

Fait intéressant, cet événement n’a pas été lancé par des scientifiques, mais par le guitariste du groupe de rock Queen, Brian May.

L’avenir de l’humanité se trouve dans l’espace

Avant de rencontrer le succès avec son groupe, ce dernier se passionnait pour l’astronomie et il avait même suivi un cursus complet dans cette discipline. Il s’apprêtait d’ailleurs à passer son doctorat lorsque Queen s’est retrouvé sous les feux des projecteurs et il a alors choisi de mettre ses études entre parenthèses pendant quelques années afin de pouvoir vivre son rêve.

En 2007, seize ans après la mort tragique de Freddie Mercury, l’artiste a décidé de reprendre ses études et il a réussi à finir sa thèse. Il a également fait la rencontre de Garik Israelian, un astrophysicien arménien passionné lui aussi de musique, et une profonde amitié est née entre les deux hommes.

Ensemble, ils ont alors décidé de créer un festival consacré à l’astronomie et à toutes les sciences connexes.

Le Starmus Festival est officiellement né en 2011, date de la toute première édition de l’événement. Les deux hommes avaient choisi les îles Canaries pour l’accueillir et le succès a été immédiat. Neil Armstrong et Buzz Aldrin avaient même fait le déplacement pour parler de l’avenir de l’humanité, mais également de la colonisation de Mars. Alexei Leonov était lui aussi présent et il avait profité de l’occasion pour revenir sur son histoire et sur les premières heures du programme spatial soviétique.

La seconde édition n’a eu lieu que trois ans plus tard, mais elle a rencontré elle aussi un immense succès. Brian May, Garik Israelian et les autres organisateurs ont donc décidé de renouveler l’expérience plus fréquemment. La troisième édition s’est ainsi déroulée en 2016 et la quatrième a eu lieu la semaine dernière.

Stephen Hawking était donc présent et il a profité une fois de plus de l’occasion pour rappeler que l’avenir de l’humanité n’était pas sur la Terre. D’après le célèbre physicien, notre planète approche en effet de ses limites et elle ne dispose plus de suffisamment de ressources naturelles pour répondre à nos besoins. Face à la situation, il est donc impératif de se tourner vers d’autres mondes.

Quitter la Terre et raisonner enfin comme une espèce

La Lune, notamment. L’homme appelle ainsi les gouvernements à unir leurs forces et à envoyer des astronautes en 2020 pour préparer la construction d’une base lunaire dans les trois prochaines décennies. Il appelle également les agences spatiales à envoyer des hommes sur Mars à l’horizon 2025 afin de préparer la future colonisation de la planète.

Plutôt idéaliste, il pense que ces missions conjointes renforceront la cohésion des gouvernements et qu’elles nous permettront – enfin – de raisonner comme une espèce à part entière et non comme des clans.

Le physicien pense aussi que ces programmes auront des effets bénéfiques sur les plus jeunes d’entre nous. Le monde actuel n’est pas suffisamment propice aux rêves à ses yeux et les jeunes générations aspirent à plus. Elles ont même besoin de plus. En outre, ces missions pourraient participer à la création d’une véritable émulsion scientifique et peut-être même donner lieu à des innovations technologiques majeures.

Fait intéressant, Stephen Hawking a également profité de sa prise de parole pour tacler proprement Donald Trump, et plus précisément sa décision relative aux accords de Paris : “Je ne nie pas l’importance de lutter contre le réchauffement climatique, contrairement à Donald Trump qui a peut-être pris la décision la plus grave et la plus fausse sur le changement climatique que ce que le monde a vu”.

Reste qu’il n’est visiblement pas le seul à penser que l’avenir de notre espèce se trouve ailleurs. L’Europe, la Russie et la Chine s’intéressent en effet vivement à la Lune. Quant aux Américains, ils travaillent depuis plusieurs années sur la future colonisation de la planète rouge, une colonisation portée d’ailleurs par un certain nombre d’acteurs privés.