Streamiz : le gérant du site condamné à 2 ans de prison et 83 millions de dommages et intérêts

Streamiz est dans le collimateur des autorités et des ayants droit depuis plusieurs années. En 2011, le gérant du site a été appréhendé à la sortie de son domicile. Il vient d’être condamné à deux ans de prison et à 83 millions d’euros de dommages et intérêts.

Streamiz n’était pas un simple site perdu dans l’immensité des internets. Bien au contraire, il était considéré comme le spécialiste du streaming francophone et il avait ainsi réussi en l’espace de quelques années à fédérer une communauté forte de plusieurs milliers de personnes autour de son contenu et de ses services.

Prison Facebook

En 2009, le FNDF (Fédération nationale des distributeurs de films) a déposé une plainte devant un tribunal.

Streamiz, une fermeture et une condamnation

Par la suite, les autorités ont ouvert une enquête et la police a rapidement réussi à retrouver les traces du gestionnaire du site, un homme âgé d’une quarantaine d’années vivant dans les Hauts-de-Seine.

Le suspect a été appréhendé en octobre 2011 à la sortie de son domicile à Montrouge avec pas moins de trente mille euros cachés dans des chaussettes placées dans son sac à dos. D’après les conclusions des enquêteurs, l’homme aurait gagné un peu plus de 150 000 € de recettes publicitaires en l’espace de seulement deux ans et la majeure partie de cette somme aurait été placée sur des comptes bancaires créés à l’étranger.

L’affaire est passée devant le tribunal de Nanterre au début de la semaine. Lors de la séance du 19 février, le gestionnaire de Streamiz a été reconnu coupable de contrefaçon et de travail dissimulé.

Deux ans de prison et 83,6 millions de dommages et intérêts

Il a donc été condamné à deux ans de prison fermes et à une amende de 83,6 millions d’euros à titre de dommages et intérêts, une somme à reverser aux parties civiles et donc à Disney, 20th Century Fox, Warner Bros et plusieurs syndicats professionnels.

Le prévenu ne s’est cependant pas présenté à son procès et il a ainsi préféré prendre la poudre d’escampette. Il se trouve donc en cavale depuis.

Mots-clés justiceweb