Suède : de mystérieux crânes empalés sur des pieux ont été retrouvés à Kanaljorden

En 2009, la construction d’un nouveau chemin de fer reliant la rivière Motala Ström, au sud de la Suède, a permis aux archéologues de découvrir des artefacts sur le site datant de milliers d’années.

Au cours des années suivantes, des ossements d’animaux, des outils et des pieux en bois ainsi que des morceaux de crâne humain y ont été découverts.

Crâne

Des crânes humains empalés sur des pieux par des hommes préhistoriques

Les restes appartenaient à des chasseurs-cueilleurs du mésolithique, littéralement « âge moyen de la pierre » (entre environ 10 000 et 5 000 ans av. J.-C. en Europe). Ces sociétés étaient jusque là connues pour leur respect pour l’intégrité corporelle de leurs morts, mais ces nouvelles découvertes laissent suggérer autre chose.

En 2011, Fredrik Hallgren de la Cultural Heritage Foundation a mené un projet archéologique sur le site d’excavation de Kanaljorden près de la rivière Motala Ström. Lorsque l’équipe a commencé à fouiller le site, ils ont découvert le premier cas connu de crânes humains empalés sur des pieux par des chasseurs-cueilleurs du mésolithique.

Des pratiques anciennes mystérieuses

Sur le site d’excavation de Kanaljorden, les crânes âgés de 8 000 ans de neuf adultes et d’un nourrisson ont été délibérément placés sur une couche dense de grosses pierres. Les crânes n’avaient pas d’os de mâchoire et deux d’entre eux avaient des pieux de bois bien conservés logés à l’intérieur. Les pointes avaient été insérées à travers les grandes ouvertures ovales au bas des crânes, suggérant qu’elles avaient été montées avant d’être déposées dans le lac.

Des os d’animaux étaient également disposés autour des crânes, triés en fonction du type de créature à laquelle ils appartenaient. Deux des crânes humains étaient des femmes, quatre étaient des hommes et deux appartenaient à des personnes âgées de 20 à 35 ans. Les chercheurs ont également trouvé un squelette presque complet, dont les petits os suggèrent que l’individu était mort-né ou mort peu de temps après sa naissance.

Les crânes montrent des blessures évidentes qui selon les experts auraient pu être des blessures de guerre, ou autre chose. Des recherches supplémentaires sont en cours pour résoudre certains des mystères autour de ce site d’enfouissement.

Mots-clés archéologie