Sur Instagram, les Playmate ne sont pas épargnées par les trolls

Instagram n’est pas exempt de trolls, bien au contraire. Et si la plateforme a mis en place de nouveaux outils pour offrir un peu plus de flexibilité sur la gestion des commentaires, ce n’est pas pour rien. Desi Dimitrova, une Playmate de PlayBoy, risque d’en avoir besoin.

Playboy a très tôt introduit le principe de Playmate. Hugh Hefner a en effet utilisé ce terme dès le milieu des années 50.

Trolls Internet

Toutefois, et contrairement aux idées reçues, le terme n’était pas utilisé pour désigner tous les modèles ayant posé pour le magazine… ou partagé le lit de son propriétaire.

Playmate, origine et explications

En réalité, pour devenir une Playmate, un modèle doit impérativement avoir fait l’objet d’une publication dans les pages centrales du magazine.

Playboy, de son côté, n’impose aucune limite en termes d’âge ou de plastique. Tous les modèles peuvent donc tenter leur chance. Du moins en théorie. Dans les faits, l’âge moyen des Playmates oscille en effet autour des 22 ans et il est même arrivé au magazine de mettre en avant des modèles de moins de dix-huit ans, ce qui lui a d’ailleurs valu quelques problèmes avec la justice par le passé.

L’opération est en tout cas intéressante pour les modèles. Les femmes désignées comme Playmate sont en effet rémunérées à hauteur de vingt-cinq mille dollars en moyenne.

Toutefois, l’entreprise ne se limite pas à ces publications mensuelles et elle désigne ainsi chaque année une Playmate de l’année. La gagnante remporte alors une somme de 100 000 $ et une voiture de luxe, accompagnée de nombreux autres cadeaux.

Desi Dimitrova a précisément gagné ce titre en 2016 et elle s’est alors retrouvée sous les feux des projecteurs. Depuis, elle a considérablement investi les réseaux sociaux et elle est notamment à la tête d’un compte Instagram suivi par près de cinquante mille personnes.

Ce n’est d’ailleurs pas son seul titre. Dans la description de son profil, la Playmate indique en effet qu’elle a en plus remporté le titre de Miss Playnet 2016, le titre de Playmate All Stars, le titre de Sexy Brunette 2017 et le titre de Special Award de Miss Silicone.

Les trolls sont partout, même sur Instagram

Et tout le problème est là, justement. Desi Dimitrova ne compte pas uniquement sur ses charmes naturels et elle fait ainsi très souvent appel à la chirurgie esthétique pour corriger ce qu’elle estime être ses défauts.

Durant ces dernières années, le modèle s’est ainsi fait refaire la poitrine, la bouche ou encore les pommettes.

Ces modifications ne sont visiblement pas au goût de tous. La Playmate est en effet devenue la cible de nombreux trolls et beaucoup lui reprochent ainsi d’avoir eu la main un peu trop lourde sur les interventions. Certains vont même plus loin en la qualifiant de monstre. Des propos extrêmement blessants, mais qui n’empêchent pas Desi de continuer à alimenter ses profils.

En soi, il n’est évidemment pas surprenant de voir apparaître de telles remarques sur la toile. Beaucoup profitent en effet de l’anonymat – relatif – conféré par Internet pour se répandre en insultes et en critiques, oubliant parfois que de vraies personnes se cachent derrière les pseudos.

Toutefois, il est aussi important de signaler que le cyberharcèlement est de plus en plus pris au sérieux par les autorités. Plus tôt dans le mois, les harceleurs de Nikita Belluci et de Nadia Daam ont ainsi été condamnés.

Lors de leur comparution, les suspects ont indiqué qu’ils n’avaient pas conscience des répercussions de leurs actes.

@vipfashion.bg ?

Une publication partagée par Desi Dimitrova (@desi_playmate) le

Mots-clés instagram