Sur le Darknet, vous avez des gens qui vendent du sang et de la salive de survivants au Covid-19

Le Covid-19 ne semble pas éveiller les consciences. Du moins pas les meilleures d’entre elles. Et nous en avons une fois de plus l’exemple avec une arnaque venant tout droit du darknet.

Le monde traverse en ce moment même une des prises crises sanitaires de son histoire contemporaine. Né en Chine à Wuhan, le coronavirus Covid-19 s’est très vite étendu à travers le monde. L’Asie, bien sûr, mais aussi l’Europe et le continent américain. Avec, à la clé, des dizaines de milliers de victimes.

Crédits Pixabay

Cette crise a parfois révélé le meilleur en nous. On pensera notamment aux makers qui se sont mobilisés pour imprimer des visières de protection pour le personnel soignant.

Le Covid-19 révèle le meilleur… comme le pire

Le meilleur, mais aussi le pire. L’exemple le plus frappant est sans doute celui du darknet. Plusieurs personnes ont en effet publié des annonces sur certains sites afin de mettre en vente… leur salive et leur sang.

À chaque fois, l’accroche est la même et tout commence donc par une histoire. Une histoire de maladie, de lutte et de survie. Les personnes diffusant ces annonces prétendent en effet avoir été infectées par le Covid-19 et être ensuite parvenues à s’en sortir. Ils proposent alors de vendre leur sang et leur salive pour aider les internautes à s’immuniser contre le virus.

Et si l’on en croit l’enquête menée par IntSights et relayée par Venture Beats, alors ces annonces seraient de plus en plus nombreuses sur le darknet et des dizaines d’offres similaires auraient ainsi fleuri sur les boutiques spécialisées.

Mais bien sûr, ces arnaques ne sont pas les seules. Flairant le bon filon, certaines personnes mal intentionnées ont également lancé de fausses cagnottes afin de profiter de la générosité des internautes. D’autres diffusent des malwares ou même des ransomwares par le biais de noms de domaine achetés spécialement pour l’occasion.

Les arnaques fleurissent sur le web et le darknet

IntSights révèle ainsi qu’en 2019, seuls 190 noms de domaine associés au coronavirus et au covid avaient été enregistrés… contre 38 000 en mars !

Et c’est d’ailleurs cette idée qu’il faut impérativement garder en tête. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le darknet n’est pas le seul endroit où les arnaques au Covid-19 fleurissent.

Le web tel que vous le connaissez est aussi touché et c’est précisément pour cette raison qu’il est indispensable de se montrer prudent… et de vérifier à chaque fois le nom de domaine du site où vous vous trouvez. Et en cas de doute, il est plus que conseiller de lancer une recherche en ligne pour vous assurer que vous vous trouvez bien à l’endroit où vous êtes censés vous trouver.

Mots-clés darknet