Sur PC, l’optimisation d’Assassin’s Creed Odyssey est pointée du doigt

Salué tant par la critique que par le public, Assassin’s Creed Odyssey n’en fait pas moins quelques mécontents, notamment sur PC, où le titre est pointé du doigt pour sa soif quasi inétanchable de ressources CPU. Depuis son lancement début octobre, le titre phare d’Ubisoft fait en effet montre de soucis de performances, même sur des machines costaudes. Est notamment constaté un taux d’utilisation du CPU anormalement élevé, et une exploitation de la mémoire vidéo (VRAM) étonnamment basse.

Plusieurs théories circulaient donc sur la toile et les forums spécialisés pour tenter d’expliquer cette charge massive, et injustifiée, du processeur. Parmi les théories régulièrement avancées par les joueurs PC, le recours d’Ubisoft à Denuvo, un système de protection anti-piratage souvent critiqué pour sa gourmandise en puissance de calcul, mais il semblerait que la faute incombe plutôt à une optimisation passable du titre et à une utilisation somme toute hasardeuse des ressources disponibles.

Critiqué par de nombreux joueurs PC pour son utilisation intensive du CPU, Assassin’s Creed Odyssey souffrirait, d’après certains utilisateurs de Github, d’une mauvaise exploitation des ressources.

C’est du moins ce qu’explique Kaldaien, un modeur, au travers d’un post sur Github. Retransmis par WCCFTech, les propos de l’intéressé tendent vers « un management particulièrement naïf des ressources« . Le principal écueil viendrait notamment d’une exploitation bien trop timide de la mémoire vidéo (mémoire ultra rapide intégrée aux cartes graphiques), qui forcerait le CPU à charger et décharger les mêmes packs de textures encore et encore en cours de partie, générant de fait une saturation du processeur et, dans bien des cas, un framerate cahoteux.

Un problème réversible ?

« Le moteur charge, puis décharge, pour finalement recharger plus tard les mêmes assets des centaines de milliers de fois au cours d’une seule heure de jeu. Et pendant ce temps, la mémoire vive de ma 1080 Ti n’est occupée qu’à hauteur de 25%. Cette absurdité n’est en rien nécessaire », avance Kaldaien.

« Ubisoft doit travailler sur une sorte d’hystérésis, et améliorer son manager de ressources. Contrairement aux croyances populaires, ce n’est pas le système DRM qui cause cette surexploitation du processeur, c’est le bridage insensé [de la mémoire vidéo] causé par une gestion particulièrement naïve des ressources pour un monde ouvert aussi vaste« , conclue-t-il.

La bonne nouvelle étant qu’une amélioration des performances serait envisageable si Ubisoft prenait effectivement l’initiative de revoir sa gestion de la mémoire vidéo sur PC. Reste maintenant à savoir si les équipes de l’éditeurs sont déjà à pied d’oeuvre, ou pas. Le lancement du titre étant encore très récent, il est tout à fait possible qu’un patch salvateur arrive jusqu’à nous au cours des prochains jours ou des prochaines semaines. Affaire à suivre, donc…