Orange peut-il vraiment suspendre l’accord d’itinérance passé avec Free Mobile ?

Tout le monde en a parlé, suite aux différentes pannes et aux nombreux dysfonctionnements touchant le réseau, Orange a menacé Free Mobile de mettre un terme à l’accord d’itinérance liant les deux firmes. Un accord sans lequel le nouvel opérateur ne serait plus en mesure d’assurer la continuité de ses services. Mais la question que vous devez sans doute vous poser, c’est de savoir si Orange a vraiment le droit de suspendre cet accord d’itinérance. Et bien laissez moi vous dire que vous êtes bien tombés puisqu’on va justement tenter de répondre à cette épineuse question.

Orange peut-il vraiment suspendre l'accord d'itinérance passé avec Free Mobile ?

Rappel des faits

Mais avant de nous attaquer au vif du sujet, on va tout de même prendre le temps d’expliquer l’origine des dysfonctionnements et des pannes rencontrées sur les réseaux de Free Mobile et d’Orange. Ce dernier s’est effectivement exprimé sur le sujet et on sait ainsi que les deux firmes n’avaient pas anticipé le succès des offres du nouvel opérateur. Aux dernières estimations et même si ce dernier n’a pas confirmé les chiffres, ce sont ainsi plus de 2 millions d’abonnés qui se seraient tournés vers Free Mobile.

Or justement, les passerelles reliant les antennes de Free Mobile et d’Orange ne fonctionne pas en très haut débit. Le déploiement de la fibre n’interviendra que bien plus tard. Résultat des courses, ces passerelles se transforment en de véritables goulots d’étranglement et c’est en partie pour cette raison que certains freenautes sont dans l’impossibilité de passer des appels entre 17 heures et 20 heures. Oui, et ce n’est pas tout. Selon l’ARCEP, près de la moitié des appels passés sur le réseau de Free Mobile sont en 2G. Beaucoup d’abonnés se sont effectivement jetés sur l’offre à 2 € et ils en ont profité pour ressortir leurs vieux mobiles du placard. Or justement, ces vieux mobiles auraient également une incidence sur le réseau des deux opérateurs.

Les menaces d’Orange sont-elles fondées ?

On en vient maintenant au coeur du problème. Orange peut-il vraiment suspendre l’accord d’itinérance passé avec Free Mobile ? Pour commencer, il faut souligner que ce dernier repose sur un contrat d’ordre privé. L’ARCEP n’a donc pas son mot à dire et elle ne peut intervenir d’elle-même. C’est plutôt logique mais il faut souligner le fait qu’en cas de litige, un des deux opérateurs aurait tout à fait le droit de la saisir et donc de demander son intervention. Et rompre ce contrat, cela reviendrait finalement à couper le téléphone de plus de deux millions de personnes. On imagine aisément l’impact que pourrait avoir une telle décision.

Un impact qui pourrait d’ailleurs toucher Orange. Imaginez un instant… L’opérateur historique décide de rompre le contrat qui le lie à Free Mobile demain. Ce dernier, ne pouvant plus assurer la continuité de ses services, est contraint de mettre la clé sous la porte et à suspendre ses offres. Nous nous retrouvons alors sans téléphone. C’est certain, Orange aurait beaucoup de mal à rattraper le coup et ce dernier serait alors confronté à un “bad buzz” sans précédent.

Il ne faut pas non plus oublier que cet accord est très rentable pour Orange puisqu’il va lui rapporter, au minimum, plus d’un milliard d’euros. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, en ce qui me concerne, je ne vois pas Orange s’assoir sur cette somme.

Et alors ?

Pour moi, ces menaces ne sont absolument pas fondées, il ne s’agit que d’une étape de plus dans la guerre de communication dans laquelle s’est lancée Orange. Et, quoi qu’il arrive, Free Mobile ne se laissera évidemment pas faire. Reste maintenant la question des pannes rencontrées par les freenautes. Il faut bien l’avouer, devoir relancer un appel quatre ou cinq fois pour parvenir à avoir son correspondant, c’est plutôt lassant. Toutefois, il ne faut pas oublier que Free a toujours rencontré des ratés au lancement de ses nouveaux services et de ses nouvelles offres. Selon moi, la situation devrait de toute manière s’arranger lorsque les passerelles des antennes des deux opérateurs seront reliées en très haut débit, une intervention qui devrait d’ailleurs débuter pour la rentrée si tout se passe bien.

Au final, donc, beaucoup de bruit pour rien.

Via

Mots-clés free mobileorange