Swarm : 900 000 dollars d’amende pour avoir lancé un satellite sans autorisation

Aux États-Unis, bien que la conquête spatiale soit vivement encouragée, certaines règles doivent néanmoins être respectées. Swarm, une jeune start-up américaine, l’a appris à ses dépens. La Federal Communications Commission (FCC) vient récemment de punir la jeune pousse d’une lourde amende de 900 000 dollars pour le lancement non autorisé d’un satellite.

C’était au début de l’année, en janvier 2018 pour être plus précis.

Sauver Terre

Swarm a envoyé un satellite dans l’espace alors que la société n’avait pas reçu d’autorisation officielle de la part des autorités compétentes. Une enquête a été ouverte et c’est ainsi que la firme a été sanctionnée.

Cette sanction est le résultat d’une longue négociation entre Swarm et la FCC qui sont finalement aboutis à un accord bilatéral entre les deux parties.

Trop impatiente ?

Fondée en 2016 par d’anciens employés d’Apple et de Google X Lab, Swarm est une entreprise spécialisée dans la construction de satellites. Plus tôt dans l’année, la start-up est parvenue à développer ses tout premiers prototypes et avait visiblement hâte de les tester faisant fi des procédures légales à ce sujet.

C’est ainsi que la marque a pris l’initiative d’envoyer ses satellites SpaceBEE dans l’espace alors qu’elle n’avait pas reçu l’autorisation de le faire.

Les autorités ont jugé que ses satellites étaient beaucoup trop petits pour être suivis et qu’ils pouvaient ainsi représenter un risque d’interférence avec les satellites de communication d’où l’intervention de la FCC.

Punition sévère

Face à cette incartade, la FCC a décidé de se montrer particulièrement sévère envers Swarm. En plus de l’amende de 900 000 dollars, la société sera également soumise à une surveillance stricte de la part de la commission. Désormais, la société devra régulièrement lui communiquer des rapports de prélancement pendant trois ans. La jeune pousse américaine sera également tenue d’envoyer des rapports d’éthiques durant les cinq prochaines années.

Il s’agit là d’une bien sévère punition, mais comme l’explique Rosemary Harold, membre de la FCC, dans un entretien avec le site Engadget : « Ces obligations protègent les autres opérateurs contre les interférences radio et les collisions, rendant l’espace plus sûr. » Tout est donc une question de sécurité et les autorités se sont montrées extrêmement intransigeantes sur ce point.

Mots-clés swarm