Syrie : des fortifications vieilles de 4000 ans ont été trouvées dans le pays

Les archéologues ont découvert un immense réseau militaire vieux de 4 000 ans en Syrie. Il servait autrefois de site de surveillance et de communication. Le site antique a été repéré par des images satellites et représente la toute première découverte d’une telle structure militaire faite en Syrie.

L’immense réseau structuré de surveillance et de communication remonte à l’âge du Bronze moyen (2e millénaire av. J.-C.).

Syrie CNRS

Un immense site militaire de 7 000 km2 datant de l’âge du Bronze moyen

 Il est composé de forteresses, de fortifications, de tours et d’enclos, selon des chercheurs de l’Université de Lyon et de la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie.

La forteresse s’étend sur environ 7 000 km2 et est située au bord des régions densément peuplées du Croissant fertile.

L’équipe multidisciplinaire de chercheurs qui a découvert les sites très anciens, mais incroyablement bien conservés pense qu’ils ont été conçus pour protéger les zones urbaines de l’âge du Bronze moyen. L’ancien réseau d’espionnage comprenait également des enclos qui longent la crête montagneuse dominant les steppes du centre de la Syrie.

Une structure complexe composée de blocs géants de basalte non sculpté

L’ancienne structure militaire aurait été construite entre 2000 et 1550 ans av. J.-C. Les archéologues croient que les anciennes forteresses ont été construites avec des blocs géants de basalte non sculpté, qui ont été regroupés pour construire des murs qui s’étendent sur plusieurs mètres de haut.

Chacun des forts avait été conçu de manière à être dans la ligne de mire des autres, ce qui permettait aux soldats de communiquer facilement en utilisant des signaux de fumée pour alerter rapidement les principaux centres de pouvoir en cas de crise. L’ancienne structure a probablement été construite pour défendre le territoire, surveiller et protéger les principales voies de transport et protéger les terres les plus attrayantes.

“De cette époque, on connaît surtout des fortifications urbaines, mais là il s’agit de fortifier tout un territoire pour protéger les axes de circulation et les terres”, explique Marie-Odile Rousset, chercheuse au CNRS et co-auteure de cette découverte.

Les archéologues utilisent des images satellitaires datant de 1960 à aujourd’hui pour étudier plus de 1 000 sites archéologiques en Syrie. Un document de recherche détaillant le travail a été publié dans la revue scientifique française Paléorient.

Crédits Photo : Marie-Odile Rousset

 

Mots-clés archéologiesyrie