iPhone 6 : vers un système de déverrouillage géo-localisé ?

L’iPhone 6 devrait arriver sur le marché quelque part en septembre et s’il se déclinera vraisemblablement en deux versions, il devrait surtout apporter un certain nombre d’améliorations notables. Comme de nouveaux capteurs, par exemple, dont un baromètre. Pas mal, mais ce n’est sans doute pas la seule surprise que nous réserve Apple. Non, et justement, la firme vient de déposer un brevet décrivant un système de déverrouillage automatique… géo-localisé. Rien que ça.

Attention cependant à ne pas vous réjouir trop vite car un brevet n’est évidemment rien de plus qu’un… brevet. Tiens, c’est plutôt logique pour le coup. Apple, comme la plupart de ses concurrents, en dépose des centaines chaque année et autant l’écrire noir sur blanc, ils sont très loin de tous déboucher sur des produits finis, et commercialisés.

Brevet déverrouillage Apple

Bientôt, nous n’aurons peut-être plus besoin de déverrouiller notre iPhone quand nous sommes à la maison.

Pour le moment, il est donc impossible de savoir si ce système de déverrouillage sera ou non intégré à l’iPhone 6. Ou plutôt à iOS 8. Ceci étant, il ne manque pas d’intérêt pour autant.

Tellement simple qu’il aurait fallu l’inventer avant

Et pour cause puisqu’il met en scène un système entièrement automatisé, pensé pour faciliter la vie des mobinautes.

A la base, chacun est libre de définir le système de déverrouillage de son choix. Certains préfèrent s’appuyer sur leurs empreintes digitales, tandis que d’autres se tournent plutôt vers des codes, ou d’autres bricoles du même acabit. Le truc, c’est que cette technique est constamment active. A chaque fois qu’un utilisateur souhaite accéder au contenu de son smartphone, il doit ainsi montrer patte blanche et prouver qu’il est bien celui qu’il prétend être.

Contraignant ? Assurément, et c’est précisément ce qui rend ce brevet aussi intéressant. Ce qu’il dépeint, c’est un système de déverrouillage capable de prendre en compte une donnée essentielle, soit la localisation du terminal. L’idée étant évidemment de permettre à l’utilisateur de définir des zones « blanches » ne présentant aucun risque, des zones où il ne serait pas nécessaire de saisir un code ou de coller son doigt sur le bouton de son terminal pour le débloquer.

Comme la maison, par exemple, ou même le bureau.

Tout le monde ne sera pas forcément du même avis que moi mais ce brevet me plaît pas mal, en fin de compte. Parce que bon, au bout d’un moment, saisir des codes à longueur de temps, c’est quand même très fatiguant, hein.

Via