T411 aurait coûté très cher à la SACEM et à l’ALPA

T411 a fermé ses portes le mois dernier suite à une opération policière menée de front par la France et la Suède. Les autorités ont arrêté plusieurs personnes liées au site, mais l’affaire ne sera pas jugée avant plusieurs semaines. En attendant, la SACEM et l’ALPA ont trouvé un chouette moyen de passer le temps : calculer le préjudice subi.

Après avoir célébré la fermeture du site et l’arrestation d’une partie de son équipe, les deux institutions se sont en effet lancées dans des calculs complexes afin de déterminer le montant du préjudice subi.

Déménagement T411

Les chiffres avancés donnent bien évidemment le vertige.

La SACEM et l’ALPA commencent à faire leurs comptes

La SACEM déclare ainsi un manque à gagner fixé à environ trois millions d’euros, contre un peu plus d’un milliard d’euros pour l’ALPA. D’après les calculs de leurs experts, T411 aurait ainsi  permis et favorisé le téléchargement de deux cent cinquante millions de fichiers illégaux.

L’ALPA va encore plus loin pour sa part en offrant une estimation du catalogue du service.

Pour le moment, les membres de l’association ont recensé 77 000 liens torrents renvoyant vers des films et 100 000 liens renvoyant vers des épisodes de séries. Attention cependant, car cette estimation prend uniquement en compte les fichiers identifiés par leurs soins.

T411 était en effet à la tête d’un catalogue bien plus vaste, un catalogue composé d’environ 700 000 liens pointant vers des contenus très différents les uns des autres. La plateforme ne se limitait effectivement pas aux films et aux séries et elle référençait aussi des documentaires, de la musique, des formations en ligne, des livres numériques, des bandes dessinées, des animes et de nombreux logiciels.

Bien que l’on puisse parfaitement comprendre les motivations de la SACEM et de l’ALPA, les chiffres avancés par leurs experts ne sont pas forcément représentatifs du manque à gagner réel.

En effet, les deux associations semblent partir du principe que les utilisateurs de T411 auraient forcément acheté les contenus téléchargés illégalement par le biais de ses liens.

Toutefois, dans les faits, nous savons tous que l’équation est un peu plus complexe.

Des sommes astronomiques et une méthode de calcul perfectible

Le meilleur exemple reste sans doute celui du cinéma. Désormais, le prix moyen de la place oscille entre 10 et 12 € en fonction de la salle, du film et de la technologie. En supposant qu’une famille composée de deux adultes, d’un adolescent et de deux enfants souhaite aller voir le même film, alors elle devra dépenser une trentaine d’euros.

Et ça, bien sûr, c’est sans compter sur les boissons et le pop-corn.

Si cette même famille souhaite se rendre au cinéma une fois par semaine, alors cela revient à un budget de 120 € par mois.

Maintenant, si elle souhaite profiter en plus de l’offre légale actuellement en place sur le marché, alors elle devra également investir 9,99 € par mois dans un abonnement Netflix et 14,99 € par mois dans un abonnement familial chez Spotify ou Deezer. Histoire de varier les plaisirs, elle pourra également être tentée de se tourner vers OCS histoire de pouvoir découvrir les nouvelles saisons de ses séries préférées le lendemain de leur diffusion aux États-Unis, soit un coût supplémentaire de 13 € par mois.

Là-dessus, il faut également prendre en compte le coût de la redevance télévisuelle, un coût établi à 138 € par an ou 11,50 € par mois.

En cumulant le tout, on obtient donc un budget total de 169,48 € par mois ou de 2033,76 € par an, sans compte l’achat éventuel de disques, de DVD ou même de Blu-ray. Cette simulation se focalise uniquement sur les solutions dématérialisées.

Bien sûr, dans l’absolu, cette somme paraît raisonnable, mais il n’est pas nécessaire de sortir d’une grande école de commerce pour savoir que tous les Français n’ont pas forcément les moyens de mettre une telle somme dans leur budget loisirs.

Encore moins lorsqu’ils sont au chômage ou étudiant.

Mots-clés alpasacemt411web