Taïwan accuse la Chine d’orchestrer des cyberattaques visant son gouvernement

Mercredi 19 août 2020, Reuters rapporte qu’au moins 10 agences gouvernementales et près de 6.000 adresses électroniques appartenant à des responsables gouvernementaux ont été victimes d’une « infitration ». En d’autres termes, des groupes de pirates se sont infiltrés dans les systèmes du gouvernement taïwanais en vue d’en dérober des données importantes et pour Taïwan, un pays se cache derrière ces attaques : La Chine.

Pour information, des tensions existent actuellement entre la Chine et Taïwan, la Chine ayant intensifié son activité militaire près de l’île et n’a pas manqué une seule occasion de faire une démonstration de force pour asseoir son contrôle, considérant Taïwan comme son territoire.

 

Crédits Pixabay

Bien que le département chinois des affaires à Taïwan n’ait pas répondu à une demande de commentaires, le gouvernement chinois a catégoriquement nié toute implication dans ces cyberattaques et a soutenu qu’il condamnait ce genre de pratiques.

Taïwan n’a aucun doute sur l’implication de la Chine dans ces piratages

Le gouvernement taïwanais a effectivement mis en garde ses citoyens face à ce que ses responsables appellent « l’infiltration omniprésente » de la Chine. Cette omniprésence de la Chine se ferait effectivement sentir non seulement dans les campagnes médiatiques qu’elle finance, mais aussi dans ces cyberattaques. Le directeur adjoint du bureau d’enquête de Taïwan sur la cybersécurité, Liu Chia-zung, va même jusqu’à déclarer aux journalistes que :

Les groupes de piratage chinois infiltrent les agences gouvernementales et leurs fournisseurs de services d’information depuis longtemps. Ils visaient à acquérir des documents et des données gouvernementaux importants. Certaines données gouvernementales pourraient avoir été divulguées. Cela pose une grande menace.

Des attaques qui ne datent pas d’hier

En fait, ce ne serait pas la première fois que le gouvernement taïwanais est victime de piratage. Plus précisément, ces cyberattaques que subissent ses agences gouvernementales et ses fonctionnaires remonteraient à 2018. Mais selon le bureau d’enquête de Lui, les données qui ont été subtilisées n’ont pas encore été clairement identifiées étant donné que les pirates ont effacé leurs traces.

Néanmoins, les enquêteurs ont découvert que deux groupes de pirates ont effectué ces attaques, Blacktech et Taïdoor, qui sont soutenus par le Parti communiste chinois. Liu ajoute également qu’au moins quatre entreprises technologiques fournissant des services d’information au gouvernement ont aussi été attaquées par les hackers. Néanmoins, certains des fournisseurs de service d’information auraient également indiqué aux pirates les failles de sécurité dans les systèmes qu’ils ont fournis au gouvernement taïwanais, facilitant ainsi leur piratage.

Cela amène le directeur adjoint à penser que les agences gouvernementales devraient accroître leur contrôle sur les fournisseurs. Justement, le bureau d’enquête va présentement se pencher sur ces fournisseurs afin de déterminer si des entreprises ou des particuliers taïwanais ont collaboré avec les pirates chinois.