Tara Pacific : une nouvelle mission pour comprendre les secrets du corail

La goélette Tara reprendra la mer en mai prochain pour une nouvelle mission de deux ans, une mission qui l’emmènera sur les traces des plus grands récifs coralliens. Elle sillonnera environ 100 000 kilomètres sur cette période et elle devrait nous en apprendre beaucoup sur le corail, mais aussi sur leur évolution face aux grands changements climatiques.

Tara commencera par parcourir l’océan Pacifique où se concentrent un peu plus de 40% des récifs coralliens de la planète. La première partie de son parcours se déroulera du Panama à l’archipel du Japon, la seconde de la Nouvelle Zélande à la Chine.

Tara

Tara va bientôt reprendre la mer pour une nouvelle expédition capitale.

En tout, la goélette croisera une dizaine de fuseaux d’horaires différents et elle fera escale dans une trentaine de pays.

100 000 kilomètres au programme

Durant ces deux années, ce sont environ 70 scientifiques qui se relaieront à son bord pour mener leurs expériences. Dans le lot, nous trouverons certaines des plus grands océanologues de notre histoire mais également de nombreux biologistes marins.

Comme indiqué un peu plus haut, cette fois, les chercheurs se concentreront sur les récifs coralliens et ils étudieront notamment leur évolution face aux changements climatiques et aux pressions anthropiques.

L’idée, c’est donc de déterminer l’impact de l’homme sur le corail.

Cette expédition est très importante car les récifs coralliens jouent un rôle majeur dans la biodiversité marine. S’ils représentent moins de 0,2 % de la superficie de l’océan, ils abritent à eux seuls environ 30 % des espèces connues. Des espèces qui ne pourraient pas survivre sans eux.

Et sans ces espèces, alors c’est toute la chaîne alimentaire marine qui se retrouverait en danger.

Mais les récifs coralliens occupent aussi un rôle important pour les humains. Ils abritent de la nourriture, certes, mais ils protègent aussi les côtes et ils cassent les vagues, offrant par la même occasion un trajet sûr vers de nombreux ports.

La situation est critique

En outre, la situation est critique. D’après les dernières mesures effectuées, alors 20 % des récifs auraient été détruits et 15 % pourraient disparaître avant 10 ans. La faute aux températures trop élevées mais aussi à l’acidification des océans.

Dans ce contexte, la mission de Tara est cruciale car elle va nous permettre de mesurer les effets de ces changements sur le corail et elle nous offrira un autre regard sur la situation. C’est d’ailleurs la première fois qu’une expédition couvre une telle zone géographique.

Notons pour finir que la goélette embarquera de nombreux instruments à son bord, des instruments qui lui permettront d’étudier la génétique des populations et la biochimie du récif. Grâce à eux, nous allons pouvoir nous faire une idée de la diversité d’une colonie corallienne et mieux comprendre les relations entre les différentes espèces formant cet écosystème complexe.

Le départ de la goélette est prévu pour le 28 mai à partir de Lorient.

Mots-clés biologie