Tarrare ou l’histoire du glouton insatiable

L’histoire de Tarrare, ou Tarare, est celle d’un homme hors du commun qui dès son adolescence a été  chassé par ses parents à cause de ses habitudes alimentaires inhabituelles. Tarrare, qui plus tard deviendra artiste de rue puis soldat français, mangeait en effet sans arrêt.

Il n’était jamais rassasié, et surtout mangeait n’importe quoi : pierres, animaux vivants et même cadavre humain.

Gargantua
Gargantua and « Pilgrims eaten in salads, illustration Gustave Doré, 1873.

La jeunesse de Tarrare

La date de naissance exacte de Tarrare n’est pas connue, sa naissance n’ayant pas été enregistrée, et on n’est pas certain que Tarrare soit son vrai nom. On sait toutefois qu’il est né autour de 1772 dans la campagne française, près de Lyon. Déjà enfant il avait un appétit immense, et cela s’est accentué en grandissant, au point que ses parents ne pouvant plus subvenir à ses besoins ont dû le chasser du cocon familial.

Il passera les années suivantes à sillonner la France en compagnie de voleurs et de prostituées, mendiant et volant pour se nourrir. Il finit par se faire embaucher par un charlatan ambulant qui l’utilisait comme attraction, le faisant avaler en public des choses aussi improbables que des pommes entières, des animaux vivants, des bouchons de liège ou même des pierres. Tarrare était capable d’avaler toutes ces choses sans broncher, mais il avait une préférence particulière pour la viande de serpent.

En 1788 alors qu’il a environ 16 ans, Tarrare déménage à Paris où il commence à travailler comme artiste de rue. Il rencontre du succès et tout semble bien se passer pour lui. On rapporte cependant un incident lors d’un de ses spectacles, où il a été atteint d’une occlusion intestinale sévère et fut transporté à l’hôpital Hôtel-Dieu pour être traité. Il recouvra totalement la santé après avoir été traité avec de puissants laxatifs.

Enrôlement dans l’armée française

En 1789 lorsque débute la Révolution Française, Tarrare s’engage dans l’armée. Mais les choses vont très vite se compliquer pour lui puisqu’il aura du mal à satisfaire son appétit vorace, les rations de l’armée étant insuffisantes pour lui. Il va alors se mettre à se nourrir d’ordures et de restes venant des caniveaux, ce qui finira par altérer sa santé. Hospitalisé, il servira de cobaye aux médecins qui lui feront manger divers animaux dont des reptiles, il a même dû manger le repas de quinze personnes une fois. Selon les rapports, il aurait aussi mangé un chat et aurait vomi la peau et les poils.

L’armée décidera ensuite de l’utiliser comme moyen de transporter discrètement le courrier en l’avalant et en le recrachant une fois à destination. Mais les soldats allemands le démasquèrent et le torturèrent avant de le relâcher. Après cette mésaventure, Tarrare demandera de l’aide pour être soigné. Il sera alors hospitalisé une fois de plus et subira de nombreux traitements sans succès. Il s’échappait d’ailleurs régulièrement pour se nourrir dans les ordures. On rapporte qu’il a même mangé des cadavres de la morgue et bu du sang de malades.

Certains médecins se sont penchés sur sa santé mentale, mais outre son appétit vorace Tarrare était parfaitement saint d’esprit. Il finit par être chassé de l’hôpital lorsqu’un bébé de quatorze mois disparut. On le suspecta d’emblée d’avoir dévoré l’enfant.

La mort de l’insatiable Tarrare

En 1798, Tarrare est retrouvé par un de ses anciens médecins, il est alors très malade et affirme que la cause est une fourchette dorée qu’il a avalée deux ans plus tôt et qui est resté coincé dans son corps. Après analyse, le médecin découvrit qu’il souffrait d’une tuberculose avancée. Atteint de diarrhée sécrétoire un mois plus tard, il mourut peu de temps après. Les médecins l’estimèrent alors âgé de 26 ans.

Le corps de Tarrare fut autopsié et les médecins découvrirent qu’il avait un œsophage anormalement large. Lorsque ses mâchoires étaient ouvertes on pouvait voir un large canal jusqu’à l’estomac. Les chirurgiens ont également découvert une grande quantité de pus dans son corps, et son foie et sa vésicule biliaire étaient anormalement larges : ils remplissaient la majorité de sa cavité abdominale et étaient couverts d’ulcères. Aucune fourchette n’a cependant été trouvée. A ce jour, le cas de Tarrare reste une anomalie unique dans l’histoire, aucun cas similaire n’ayant été rapporté.

Mots-clés histoire