Des taxes pour faciliter le passage aux voitures électriques ?

L’ère des véhicules électriques est bel et bien arrivée et c’est une réalité qu’il est difficile de nier. Toutefois, il semblerait que les mesures adoptées pour généraliser ce nouveau mode de transport risquent d’aller à l’encontre du but recherché, et ce, pour des raisons purement économiques.

Bien que les gouvernements déploient actuellement plusieurs dispositifs incitatifs pour le basculement vers le tout électrique, on observe la mise en place de contre-mesures qui pénalisent aussi financièrement les possesseurs de véhicules plus traditionnels.

Crédits Pixabay

Ainsi, une augmentation des droits et des taxes sur les carburants sera effective à partir de mars 2021. Des mesures visant à introduire de nouveaux péages routiers sont également en cours d’étude.

Des taxes pour promouvoir le basculement à l’électrique

L’augmentation des droits d’accises et des taxes sur les carburants pénaliseront principalement les utilisateurs des véhicules fonctionnant à l’essence ou ses dérivés, le prix du carburant étant composé à 50 % de ces droits et taxes.

L’introduction des péages routiers touchera par contre tous les usagers de la route, sans distinction de la source d’énergie. Les revenus générés par ces dispositifs seront, semble-t-il, redirigés vers les infrastructures destinées aux véhicules électriques.

De plus, selon un rapport publié par le journal britannique The Sunday Times Driving, un usager qui passe d’une voiture à essence à un véhicule électrique économise en moyenne 592 £ en droit d’accise et 305 £ en taxe carbone. Ces chiffres évoluent respectivement à 800 £ et 338 £ pour les conducteurs de diesel.

Ces différentes mesures devraient donc faciliter l’adoption en masse de l’électrique même si les coûts initiaux de possession ne sont pas encore à la portée de tout le monde.

Un manque à gagner pour les états

D’après le même rapport du Sunday Times Driving, le gouvernement britannique perd 1 000 £ de droits et de taxes durant la première année de basculement d’un usager vers un véhicule électrique. La décision d’interdire la vente de véhicules à essence à partir de 2030 n’arrange pas les choses.

La situation est encore plus critique au Danemark, car selon des études réalisées en 2020, le basculement à l’électrique coûterait 904 millions de dollars au système de protection sociale scandinave.

Il est donc normal que les États cherchent à réduire ces déficits à travers la mise en place de mesures financières plus restrictives. Toutefois, il faudra bien négocier le virage du basculement à l’électrique, car si ces dispositifs sont introduits trop tôt ou de la mauvaise manière, on risquerait d’observer le phénomène inverse.