A Tchernobyl, les chiens abandonnés ont créé leur meute

La radioactivité contamine toujours fortement les alentours de Tchernobyl. Des chiens abandonnés ont pourtant créé leur meute dans les bois autour de la zone d’exclusion du site.

La catastrophe de Tchernobyl en avril 1986 fait partie des plus graves sinistres nucléaires de l’époque contemporaine. Elle est classée au 7e niveau sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES). Ses retombées immédiates sur l’environnement dépassent la catastrophe de Fukushima selon l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSNg). 

Crédits Pixabay

L’accident de Tchernobyl a conduit la création d’une vaste zone d’exclusion. Cette dernière couvre plus 2 600 km² dans le sud du Bélarus et 2 200 km² dans le nord de l’Ukraine. La région est considérée comme impropre à la vie. Toutefois, une colonie de chiens s’y est établie.

En effet, suite au drame de 1986, la ville de Prypiat et les villages voisins ont été désertés par leurs habitants. Ceux-ci n’ont pas été autorisés à emmener leurs animaux de compagnie. Les chiens qui se trouvent dans la zone actuellement sont pour la plupart des descendants de ces animaux abandonnés par leurs propriétaires.

Une espérance de vie réduite

La vie n’est certainement pas facile pour les chiens errants de Tchernobyl. Les hivers ukrainiens sont très durs et les animaux ne disposent d’aucun abri convenable. La radioactivité est évidemment un problème de taille. Il s’avère que leurs fourrures affichent des niveaux élevés de radiation.

Cela a pour effet de réduire considérablement l’espérance de vie. Les individus vivant au-delà de six ans sont rares.

L’environnement sauvage constitue également une menace pour ces descendants d’animaux domestiques. « C’est un chien errant qui vit dans la zone d’exclusion. Sa mère a été tuée par un loup, alors les guides s’occupent de lui (…) Ce n’est qu’un bébé… », a raconté un guide local sur un chien abandonné surnommé Tarzan, rapporte The Guardian.

Sauver les chiens abandonnés de Tchernobyl

Environ 300 chiens abandonnés parcourent la région. Ils vivent parmi les orignaux et les lynx, les lièvres et les loups qui ont aussi trouvé refuge dans la zone d’exclusion. Par ailleurs, des ours biélorusses et des chevaux mongols y ont récemment été introduits.

L’organisation américaine à but non lucratif Clean Futures Fund s’est donné pour mission de sauver les chiens errants de Tchernobyl. Elle a ainsi installé trois cliniques vétérinaires dans la région, dont une à l’intérieur de la centrale de Tchernobyl. Celles-ci lancent régulièrement des campagnes de vaccination et traitent les urgences. Elles stérilisent également les animaux.

Mots-clés tchernobyl