Tchernobyl en proie à un violent incendie

Un incendie s’est déclaré en Ukraine à proximité d’une zone contaminée de Tchernobyl. Les experts s’attendent ainsi à ce que le taux de radioactivité  triple dans les prochains jours. Bien que l’incendie soit en passe d’être maîtrisé, l’Institut de radioprotection (IRSN) s’attend à des répercussions sur la santé des habitants aux abords du site.

Le 26 avril 1986, la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été classée au niveau 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES). De ce fait, les scientifiques craignent les impacts de cet incendie qui se propage à une vingtaine de kilomètres de la zone.

Toutefois, les autorités locales se veulent confiantes malgré le fait que l’incendie se soit répandu sur une superficie de près de 400 Ha.

L’incendie est maîtrisé

L’incendie qui s’est déclaré aux alentours de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl ne se propage plus selon Tetiana Vitovetska, la porte-parole de l’antenne du service dans la région de Kiev.

De plus, elle se veut rassurante et elle a ainsi indiqué que « Le taux de la radiation est mesuré régulièrement et il ne dépasse pas la norme. »

Malgré ces nouvelles rassurantes, l’incendie a été très commenté sur les réseaux sociaux à Kiev et en Europe. Philippe Renault qui est un expert en radioactivité a avancé que les fumées pourraient avoir un impact sur la santé des Français.

Faut-il s’en inquiéter ?

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl fut d’une telle ampleur que les forêts avoisinantes ont été contaminées au césium 137. Par conséquent, si la litière, les feuilles et le bois brûlent, de la radioactivité pourrait s’en dégager.

De plus, une forte chaleur contribue à libérer les éléments radioactifs.

D’après l’IRSN, ce n’est pas la première fois qu’un incendie survient dans la zone contaminée. Des feux de forêt spectaculaires s’y sont produits en 2002, en 2008 et en 2010. Les flammes ont ainsi entraîné l’augmentation du taux de radiation en France. Les experts affirment même que le niveau avait triplé soit de 1,5 microbecquerel par m3 alors que le niveau normal est de 0,5.

Les pompiers qui tentent de maîtriser l’incendie sont exposés à un niveau de radiation encore plus élevé.

MAJ : L’information datait de 2015. Toutes nos excuses pour cette erreur involontaire.