Teegarden : deux planètes du système seraient en mesure de soutenir la vie

L’Etoile de Teegarden se trouve dans la constellation du Bélier et elle a été découverte en 2003. Peu de temps avant l’été, des astronomes ont repéré autour de la naine rouge deux planètes désignées par les lettres b et c. D’après une étude récente, elles réuniraient toutes les conditions nécessaires à l’apparition de la vie.

Teegarden porte le nom de son découvreur, un astrophysicien du nom de Bonnard Teegarden.

Espace

En étudiant les images prises par le programme NEAT de la NASA, ce dernier a repéré une naine rouge ultra froide dans un système située à environ 7,50 années-lumière de notre position.

Teegarden, une étoile qui s’accompagne de deux exoplanètes

Depuis, l’étoile de Teegarden a fait l’objet de nombreuses études et des astronomes ont réussi à repérer en juin dernier deux exoplanètes situées dans son orbite : Teegarden b et Teegarden c. Des planètes situées dans la zone habitable de leur étoile.

Or justement, si les astronomes n’ont pas encore réussi à analyser leur atmosphère, ils ont tout de même déterminé que ces deux planètes réunissent toutes les conditions nécessaires à l’apparition de l’eau à l’état liquide… et par extension à celle d’une vie extraterrestre.

En effet, ces deux exoplanètes ont pour principale particularité d’exposer toujours le même côté à leur étoile. Un phénomène équivalent à celui de la Lune, en somme.

Toutefois, cela ne veut pas forcément dire qu’une face de ces planètes est chaude et que l’autre est froide. Selon Amri Wandel et Lev Tal-Or, de l’Université hébraïque de Jérusalem et de l’université de Tel Aviv, il suffirait en effet que ces planètes soient dotées d’une atmosphère trois à dix-sept fois plus dense que celle de la Terre pour pouvoir transporter la chaleur d’une face à l’autre. Et dans ce cas, de l’eau à l’état liquide serait tout à fait en mesure d’apparaître sur l’une et l’autre de ces planètes.

Une face éclairée, une face plongée dans la nuit

En réalité, ils vont même plus loin. D’après eux, le verrouillage de ces deux exoplanètes est une bonne chose puisqu’elle rend la vie compatible avec une plus large gamme d’atmosphères. En d’autres termes, la vie a plus de chance de pouvoir apparaître sur ce type de planètes.

Attention cependant, car leur théorie ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique. Dans son article, New Scientist cite également le témoignage de Jessie Christiansen, une astrophysicienne qui travaille pour la NASA et qui pense pour sa part que ce verrouillage représente un véritable obstacle à l’apparition de la vie. Elle estime en effet que le cycle jour-nuit a une véritable importance dans l’apparition et le développement de la vie, mais aussi sur le champ magnétique d’une planète.

Or justement, sans champ magnétique, une planète ne peut se protéger des rayonnements nocifs de son étoile.  Maintenant, la chercheuse concède tout de même que ces deux planètes sont dotées d’un fort potentiel. La NASA compte d’ailleurs continuer à les étudier.