Le téléchargement direct dans la ligne de mire des ayants droit

L’industrie du disque et l’industrie du cinéma ne rigolent vraiment pas avec le piratage. Et après le P2P et le streaming, figurez-vous que nos chers ayants droit comptent désormais s’attaquer au téléchargement direct et à toutes les plateformes similaires à Megaupload. Cette fois, c’est d’ailleurs Paramont Pictures qui a décidé de dégainer son arme puisque la firme va s’attaquer à cinq services que vous connaissez peut-être (ou sans doute), à savoir Putlocker, Wupload, DepositFiles, FileServe et MediaFire. Et autant dire que si vous utilisez ces services pour stocker des données légales, alors il vaudra mieux penser à les sauvegarder assez vite.

Le téléchargement direct dans la ligne de mire des ayants droit

Selon la Paramount, donc, ces cinq services seraient utilisés pour stocker et pour partager du contenu illégal et protégé par des droits d’auteur. Comme c’est étonnant. Et c’est à l’occasion d’un conférence portant sur le copyright que le Vice Président de la firme – Alfred Perry pour ceux que ça intéressent – a tenu des propos très virulents à leur égard. Il faut dire aussi que, toujours selon lui, ces cinq sites totalisent à eux seuls 41 milliards de pages vues par an. Autant dire que c’est typiquement le genre de chiffres qui n’est pas du goût de tout le monde, hein… Et notre Alfred compte bien montrer les crocs et montrer à toutes les personnes qui utilisent ces plateformes du diable pour échanger des films que c’en est trop.

Alors évidemment, ces propos ne manqueront sans doute pas de trouver un écho auprès des autres firmes officiant sur le secteur. A terme, donc, ces dernières pourraient se regrouper afin de lancer une procédure à l’encontre de ces cinq sites. Sachant que le lobby de l’industrie cinématographique est très puissant aux Etats-Unis, il y a de fortes chances que cet élan débouche, à terme, sur la fermeture des sites concernés. Des sites qui ne manqueront sans doute pas de prendre les devants et qui risquent également de mettre en place des limitations afin de brosser les ayants droit dans le sens du poil.

Affaire à suivre, donc.

Via