Telegram de plus en plus populaire chez les travailleuses du sexe

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le nombre d’utilisateurs d’OnlyFans, le réseau social qui donne accès à des contenus pour adultes, a connu une hausse importante. Mais bien que cette plateforme soit devenue l’une des plus populaires pour avoir accès à ce genre de contenu, il s’avère qu’une autre application connait actuellement un succès fou puisqu’elle permet aux utilisateurs de télécharger facilement des contenus érotiques et pornographiques. Il s’agit de l’application de messagerie instantanée Telegram. 

Avec les nouvelles politiques de confidentialité de WhatsApp, Telegram est devenue l’une des applications de messagerie les plus téléchargées au monde. De plus, beaucoup de créateurs de contenus  la préfèrent maintenant à OnlyFans puisqu’elle leur permet d’avoir une rentabilité plus élevée. D’autre part, sur Telegram, la création et l’accès à une chaîne ne nécessitent que le nom d’utilisateur.  

Crédits Pixabay

Avec le confinement qui a été instauré dans presque tous les pays du monde, de nombreuses personnes se sont tournées vers la pornographie. La pandémie a contribué à l’augmentation de la consommation de pornographie qui est montée de 11 % dans le monde en mars 2020.   

Un paiement sans intermédiaires

D’après certains travailleurs du sexe qui utilisent Telegram, l’avantage d’une chaîne Telegram par rapport aux autres plateformes est l’absence d’intermédiaires dans les paiements. De ce fait, ils peuvent bénéficier entièrement de tout l’argent qu’ils reçoivent de leurs fans. Par contre, les plateformes telles qu’OnlyFans reçoivent une commission lors des paiements qui se font via les applications elles-mêmes.

Sur Telegram, les créateurs de contenus peuvent également contrôler tous ceux qui entrent ou sortent de leur chaîne. Pour qu’une personne puisse s’abonner, elle doit d’abord recevoir le lien que lui envoie le propriétaire de la chaîne et payer l’abonnement. Le montant de l’abonnement peut varier selon les chaînes et le paiement se fait via des prestataires de services de paiement comme Verse et Bizum, ou encore par virement bancaire ou Western Union.

A lire aussi : 5 astuces pour bien démarrer sur Telegram

Les risques liés aux chaînes privées

Si Facebook, Instagram, Google et YouTube ont déjà montré leur réticence par rapport aux contenus pornographiques, ce n’est pas le cas de Twitter et de Telegram. Dernièrement, Twitter est devenu l’une des dernières plateformes où le porno n’est pas censuré.

Pour Telegram, les chaînes publiques sont pour la plupart soumises à un contrôle des contenus. Ainsi, la violation de la propriété intellectuelle, la publication de contenus pornographiques ou de contenus terroristes peuvent amener au blocage. Les chaînes privées, quant à elles, sont confidentielles et cryptées. Il est ainsi impossible d’accéder aux contenus sans le lien ou une invitation de l’administrateur. 

Cependant, Marco Preuss, directeur de l’équipe mondiale de recherche et d’analyse (GReAT) pour Kaspersky en Europe, a déclaré que « les utilisateurs qui utilisent ces canaux doivent être conscients qu’ils sont également contrôlés par la police et les forces de l’ordre ». Il a ajouté que les canaux privés n’étaient pas en dehors de la loi et pouvaient par ailleurs être retrouvés. Preuss a indiqué que les fuites de contenus pouvaient toujours se produire sur n’importe quelle plateforme. Il recommande ainsi aux créateurs d’en être toujours conscients. Il a aussi indiqué la possibilité de fraudes où des créateurs n’ajoutent pas les utilisateurs même après le paiement, ou des virus masqués dans des photos ou vidéos pornographiques. « Il faut toujours être prudent avec les données qui sont partagées, ainsi qu’avec les endroits où l’argent est envoyé », a-t-il expliqué.

Mots-clés telegram