Le témoignage glaçant d’une victime de revenge porn sur Pornhub

Actuellement, de plus en plus de jeunes femmes sont victimes de revenge porn. Cette pratique consiste à diffuser sur la toile des vidéos ou des photos intimes de quelqu’un sans son consentement. Dans la plupart des cas, les personnes qui divulguent ce genre de contenus ont entretenu des relations amoureuses avec leur victime par le passé.

Serena Fleites, une jeune femme âgée de 19 ans vivant en Californie, a récemment fait part de son expérience devant le comité de l’éthique de la Chambre des communes. Cette dernière a été victime de revenge porn alors qu’elle n’était encore qu’en première année du secondaire. Comme le révèle le site La Presse, l’auteur de cet acte était son petit ami de l’époque.

Le ventre d'une femme dans la pénombre
Crédits Pixabay

On sait qu’il a publié une vidéo d’elle nue sur la toile. Malheureusement, elle a atterri sur Pornhub. Des années après cet événement, Serena Fleites souffre toujours des répercussions de cet acte odieux.

Dépressive et droguée

Après la diffusion de sa vidéo sur Pornhub, Serena Fleites s’est engagée dans une bataille de longue haleine pour essayer de la faire retirer de la plateforme. Malgré tous ses efforts, la vidéo en question a continué à refaire surface sur le site pour adulte. Durant son témoignage, elle a fait part de l’impact que cela a eu sur sa vie.

Serena Fleites est tombée dans la dépression, la drogue et l’automutilation. Elle a également raconté le calvaire qu’elle a vécu quand son entourage a découvert l’existence de cette vidéo.

« Beaucoup d’élèves qui étaient plus vieux que moi – surtout des garçons – tentaient de me harceler et me faisaient chanter en me disant que si je ne faisais pas certaines choses avec eux ou que je ne leur envoyais pas d’autres vidéos, ils enverraient ma vidéo à ma famille : ma grand-mère, ma mère, mes sœurs ou mon frère. »

A lire aussi : Pornhub accepte désormais plus de cryptomonnaies

Pornhub doit rendre des comptes

Serena Fleites considère Pornhub comme le principal responsable de ses malheurs.

« Elle avait déjà été téléchargée partout dans le monde, donc même si elle était supprimée, quelqu’un la téléversait à nouveau. Peu importe le nombre de fois qu’elle se faisait retirer, elle finissait toujours par réapparaître. Ils sont très égoïstes. Ils devraient vraiment se regarder dans le miroir, parce qu’ils pensent plus à l’argent et à leur contenu qu’aux vies humaines. »

Feras Antoon, le PDG de MindGeek, et David Tassillo, le directeur des opérations de l’entreprise, ont été convoqués par les membres du comité dans le cadre de cette affaire. Ces derniers doivent « expliquer l’incapacité de l’entreprise à interdire les vidéos de viol et autres médias illégaux de son site. » Des annonces ont été faites, vous pouvez les retrouver ici.

A lire aussi : Pornhub veut sauver la planète

Cette histoire risque d’entacher encore plus la réputation de Pornhub qui était déjà peu reluisante.

Mots-clés nsfypornhub