Mais au fait, combien faudra-t-il de temps pour brûler les déchets spatiaux situés dans l’orbite terrestre ?

L’accumulation des débris spatiaux en orbite terrestre inquiète de plus en plus les scientifiques. Il y a quelques mois, nous vous rapportions que les débris spatiaux constituent un problème qui risque de continuer à s’aggraver et que récemment, deux débris spatiaux de grande taille ont failli se percuter au-dessus de nos têtes.

Selon de nombreux experts, il est impératif que les opérateurs de satellites trouvent une manière responsable d’éliminer les satellites abandonnés à leur fin de vie. Le processus de désorbitage varie effectivement en fonction de l’altitude à laquelle se trouvent les satellites, nous rapporte Universe Today.

Crédits Pixabay

L’Agence spatiale européenne (ESA) et le Bureau des affaires spatiales des Nations Unies (UNOOSA) viennent d’ailleurs de présenter une infographie montrant combien de temps les satellites situés à différentes altitudes pourraient retomber naturellement sur Terre.

Les débris spatiaux mettent au minimum 25 ans à retomber sur Terre

Francesca Letizia, une ingénieure en débris spatiaux travaillant à l’ESA, a déclaré dans un podcast sur les débris spatiaux que les satellites se trouvant en de 500 km d’altitude pourraient mettre 25 ans avant de revenir sur Terre. A 800 km d’altitude, ces satellites ne se désorbiteront pas avant 100 à 150 ans environ.

Au-dessus de ces chiffres, l’ESA et l’UNOOSA estiment qu’en supposant que l’Empire romain ait envoyé des satellites à environ 1200 km de la Terre, ce n’est que maintenant que ces satellites retomberaient sur Terre. Si, par contre, des satellites avaient été lancés à l’époque des dinosaures à une altitude équivalant ou dépassant les 36.000 km, alors ces satellites seraient probablement encore en orbite actuellement.

Pour information, nous avons vraiment commencé à envoyer des satellites dans l’espace à partir de 1957.

A lire aussi : Deux débris spatiaux de grande taille ont failli se percuter

Actuellement, notre atmosphère brûle 300 objets spatiaux par an

Francesca Letizia nous explique que contrairement à ce que l’on pourrait croire, le retour d’un satellite sur Terre ne dépend pas de la gravité mais de « la quantité de traînée qu’il rencontre dans l’atmosphère terrestre ». En d’autres termes, l’attraction gravitationnelle de la Terre fournit un équilibre aux satellites de force centrifuge en orbite et leur permet de rester sur la même orbite pendant une longue période de temps.

D’un autre côté, les satellites en orbite hors de l’atmosphère ne sont pas exposés à la résistance de l’air et, selon la loi d’inertie, leur vitesse reste alors constante qui se traduit par une orbite stable autour de la Terre pendant plusieurs années. Néanmoins, l’ingénieure en débris spatiaux de l’ESA affirme qu’il y a environ 300 objets par an qui reviennent sur Terre et sont brûlés dans l’atmosphère.

Songer à l’élimination des satellites avant même leur lancement

Cependant, la scientifique met en garde sur le fait que les anciens satellites qui ne sont plus en service risquent non seulement d’exploser mais aussi de créer plus de débris ou de se heurter avec d’autres satellites en service, causant des dommages ou des destructions et augmentant le nombre de débris spatiaux.

Pour prévenir l’augmentation du nombre de débris spatiaux, les scientifiques recommandent de déjà songer à la manière d’éliminer les satellites à la fin de leur vie avant même de les lancer dans l’espace. En tout cas, l’ESA a annoncé qu’elle tenterait de collecter les débris spatiaux en 2025 et un nouveau cadre juridique a également été mis en place pour éviter l’accumulation de débris spatiaux.

s https://www.universetoday.com/150233/how-long-will-spacejunk-take-to-burn-up-heres-a-handy-chart/