Teotihuacan : une chambre et un tunnel secret ont été découverts dans la pyramide de la Lune

Aux alentours de l’an 500, à environ cinquante kilomètres au nord-est de Mexico, s’étendait une cité préhispanique de deux cent mille habitants. Ancienne agglomération religieuse et économique, la ville de Teotihuacán, ou la « cité des dieux à Nahuatl », constitue aujourd’hui un important site archéologique. Dernièrement, des chercheurs ont annoncé une nouvelle découverte sur la plateforme.

Concrètement, les archéologues ont mis à jour un tunnel et une chambre sous la Pyramide de la Lune. Ils estiment que ce passage aurait été lié à des rituels toltèques qui mènent, selon la croyance des Anciens, vers « le monde souterrain ». Ils pensent que la cavité pourrait cacher des crânes déformés, des bijoux et d’autres artefacts.

Teotihuacan

Les fouilles ont été réalisées par des archéologues de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH), en collaboration avec des experts de l’Institut de géophysique de l’Université nationale autonome du Mexique.

Des crânes humains déformés

L’équipe de chercheurs a commencé à fouiller la Pyramide de la Lune en juin 2017, après avoir effectué des tests de la résistivité électrique sur l’édifice. Notons qu’il s’agit de la deuxième plus grande pyramide du Mexique, après la Pyramide du Soleil. Le tunnel, connu sous le nom de Meztli Itzácual, a été construit à huit mètres sous le monument.

« Des explorations antérieures ont permis de découvrir des squelettes d’individus présentant une déformation crânienne, comme dans la région maya, ainsi que divers objets en pierre verte (colliers, figures anthropomorphes en mosaïque)», a expliqué Veronica Ortega, directrice du projet de conservation intégrale de la pyramide.

Teotihuacán cache plus que ce qu’il a révélé jusqu’ici

En effet, d’étranges ossements y ont été découverts, dans les années 1980, par les archéologues Rubén Cabrera et Saburo Sugiyama. Ils y ont également déterré des objets en pierre verte, des colliers et des figurines en forme humaine. « Il n’est donc pas difficile de penser que quelque chose de similaire puisse être trouvé dans le sous-sol », a ajouté Ortega.

L’expert a souligné qu’on ne sait encore que peu de choses sur les deux plus grandes pyramides du Mexique. Les recherches devront ainsi se poursuivre.

Notons que Teotihuacán fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987.

Mots-clés archéologie