Quand la Terre était recouverte d’eau

La Terre n’a pas toujours été comme celle que nous connaissons aujourd’hui. Notre planète est en effet passée par plusieurs états avant d’être celle qu’elle est à l’heure actuelle. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Harvard nous le prouve une fois de plus. Les résultats de leurs travaux qui ont été publiés dans la revue AGU Advances nous apprennent que la Terre était autrefois recouverte d’eau.

Ce scénario est le même que celui du film Waterworld qui est sorti en 1995. D’après les auteurs de cette étude, les océans régnaient sur notre planète il y a 3 à 4 milliards d’années de cela. Cette découverte remet en question toutes les théories émises jusqu’ici concernant la quantité d’eau qui a recouvert la Terre depuis sa création.

Crédits Pixabay

« L’hypothèse communément admise selon laquelle le volume des océans est resté presque constant au cours de l’évolution géologique doit être réexaminée », a déclaré Junji Dong, coauteur de l’étude.

De l’eau stockée dans le manteau

Selon les estimations des chercheurs, la quantité d’eau qui recouvrait la Terre à cette époque était deux fois plus importante que maintenant. Face à cette révélation, on s’interroge sur ce qui est advenu de toute cette eau. Eh bien, à en croire les auteurs de cette étude, elle aurait tout simplement été absorbée par le manteau terrestre.

Toute cette eau serait encore présente sous nos pieds, à une profondeur allant de 100 km à 2 900 km. Comme le soulignent les chercheurs, le stockage de cette eau est assuré par deux minéraux baptisés wadsleyite et ringwoodite. Il faut savoir que la capacité d’absorption de ces minéraux augmente lorsque la température du manteau diminue.

A lire aussi : Le plus vieux cratère de la Terre n’en est pas vraiment un

De nouvelles découvertes sur l’évolution de la Terre

Cette découverte a permis d’en apprendre plus sur l’évolution de notre planète. Les auteurs de cette étude ont expliqué que la présence de toute cette eau a « contribué à lancer la tectonique des plaques. »

« Au fur et à mesure que l’eau pénétrait dans les fractures, la croûte terrestre s’affaiblissait, créant des zones de subduction où une plaque glisse sous une autre. En atteignant le manteau, les plaques se refroidissent et deviennent rigides, ce qui plie la plaque, lui permettant de continuer à plonger sous la croûte. »

Les conclusions de cette étude soulèvent de nouvelles questions sur l’apparition de la vie sur Terre.

Mots-clés terre