Tesla espère entrer dans le S&P 500, mais ne vend pas assez de véhicules électriques

Le 21 octobre, le constructeur de véhicules électriques Tesla a annoncé son bénéfice lors du trimestre précédent : 331 millions de dollars. Les chiffres dépassent largement les prévisions des analystes, tandis que le marché boursier réagit positivement à la nouvelle. C’est le quinzième mois consécutif avec des bénéfices enregistrés par l’entreprise, la rendant admissible à l’entrée dans le S&P 500.

Cependant, quand on se réfère seulement au segment des voitures électriques, le fabricant enregistrerait une perte nette de 66 millions de dollars, même si les ventes sur ces véhicules ont augmenté. En fait, la compagnie de Palo Alto en Californie s’appuie sur les crédits réglementaires pour combler le manque dans la recette.

Crédits Pixaba

L’entreprise dirigée par Elon Musk n’est pas encore tout à fait rentable, même si le chiffre d’affaires a augmenté pendant cinq trimestres

La société peine à rentabiliser ses véhicules électriques

À cause de la crise liée au Covid-19, les gens sont moins motivés pour acheter un nouveau véhicule électrique à la valeur proposée par Tesla. Les plus malins préfèrent attendre la sortie des modèles venant d’autres marques et faire jouer la concurrence. La plupart des acheteurs se disent que les prix finiront bien par baisser au fil du temps.

Le résultat est que le constructeur n’arrive pas à écouler son stock, alors que la production est en augmentation. En effet, au cours d’un trimestre, plus de 145 000 voitures sortent des usines, mais moins de 140 000 unités partent à la vente. Le prix de revient de ces milliers de véhicules invendus coûte des dizaines de millions de dollars à Elon Musk et son entreprise.

À lire aussi : Tesla va commencer à tester le mode de pilotage automatique

Le club S&P 500 n’est pas encore dans la poche

Ce qui a permis à la firme de Palo Alto de gagner de l’argent lors des deux derniers trimestres, ce sont uniquement les ventes à crédit. La stratégie marketing a été si efficace que la société a fait 397 millions de bénéfice de ce côté.

Pourtant, les spécialistes sont sceptiques à cause du côté incertain de ce type de marché, car la valeur des crédits diminue toujours avec le temps.

Même si une entreprise pourrait entrer dans le S&P 500 à partir du quatrième trimestre positif, Tesla ne constitue pas encore un candidat convaincant. Son point faible réside dans le fait que son activité principale, la vente de voiture électrique, est encore loin d’être profitable.

Un autre refus de la part de la commission entraînera certainement une baisse du prix de l’action et une réticence des investisseurs.

À lire aussi : 39 % de hausse de bénéfices chez Tesla comparé à l’année dernière