Tesla est une nouvelle fois la cible d’une plainte suite à un crash mortel

Créée en 2003, l’entreprise Tesla a beaucoup gagné en notoriété sur le marché mondial à travers les années. La Model S, une berline familiale haut de gamme produite par la firme depuis 2012 est notamment devenue la voiture 100 % électrique la plus vendue dans le monde en 2015 et 2016. Si le constructeur de voitures électriques rencontre beaucoup de succès, il n’est cependant pas à l’abri des problèmes.

Actuellement, il est la cible d’une nouvelle plainte suite à un accident mortel prétendument lié à l’utilisation de son logiciel Autopilot.

Crédits Pexels

Jeremy Beren Banner serait la quatrième personne décédée en utilisant Autopilot. En 2016, une autre personne a été tuée dans les mêmes circonstances. Et en mai dernier, le constructeur automobile a été poursuivi en justice par la famille de Wei Huang, qui a perdu la vie à bord de son modèle X.

La famille de la victime porte plainte contre Tesla

Cette fois-ci, c’est la famille de Jeremy Beren Banner, un homme de cinquante ans décédé dans un accident de la route qui porte plainte contre Tesla. La victime était notamment au volant d’une Tesla Model 3 et utilisait l’Autopilot de la voiture lors du drame.

Selon les rapports, la voiture électrique roulait 109 kilomètres par heure lorsqu’elle est entrée en collision avec un semi-remorque. La collision aurait ensuite provoqué la déchirure de la toiture du véhicule qui ne s’est arrêté que près de 500 mètres après le lieu de l’impact.

Selon l’avocat de la famille de Banner, la technologie Autopilot du constructeur automobile serait à l’origine de l’accident. Et de son côté, Tesla a confirmé que la victime avait bien utilisé son logiciel avant la collision.

En revanche, le constructeur n’a pas admis que c’était bien la cause de la collision.

D’après un rapport du National Transportation Safety Board (NTSB), le défunt aurait activé le logiciel dix secondes avant la collision. En revanche, il aurait enlevé ses mains du volant huit secondes avant le drame. Or, les conditions d’utilisation d’Autopilot stipulent que le conducteur doit garder les mains sur le volant et regarder la route lorsque le logiciel est activé.

Un accident similaire en 2016

Les circonstances de cet accident font beaucoup penser à un autre accident qui avait eu lieu en 2016. Un homme est notamment décédé en conduisant une voiture Tesla avec l’Autopilot actif sur une autoroute de Floride.

Pour cette affaire, Tesla a admis que le logiciel n’avait pas reconnu la remorque blanche du camion à cause du ciel lumineux. Toutefois, la NHTSA a finalement conclu que le conducteur ne faisait pas assez attention en conduisant.

Mots-clés tesla