TESS a trouvé une exoplanète de la taille de la Terre

Cela fait un an que le satellite TESS (Transiting Exoplanet Sur Satellite) a été lancé. Son objectif ? Repérer des exoplanètes à travers des transits, appellation donnée à des phénomènes qui se produisent lorsqu’une planète passe devant son étoile, provoquant ainsi une baisse de luminosité.

La mission de TESS devrait durer deux ans. Récemment, le satellite a découvert sa première exoplanète de la taille de la Terre. Baptisée HD 21749c, cette planète est le plus petit monde extérieur à notre système solaire que TESS ait identifié jusqu’ici.

D’après un article publié dans la revue Astrophysical Journal Letters, une équipe d’astronomes dirigée par le MIT a indiqué que cette exoplanète tourne autour de l’étoile HD 21749 qui se trouve à seulement 52 années-lumière de la Terre.

Une planète inhabitable

D’après les scientifiques, cette nouvelle planète serait un monde rocheux, mais inhabitable. Cette jumelle de la Terre (de par sa taille) ne se trouve pas dans la zone habitable de l’étoile HD 21749. De plus, elle ne tourne autour de son étoile que durant 7,8 jours – une orbite relativement étroite – avec  des températures pouvant atteindre 430 degrés Celsius à sa surface.

Actuellement, le défi pour les astronautes est de déterminer la masse de cette planète rocheuse. « Mesurer la masse et la composition exacte d’une si petite planète constituera un défi, mais c’est important pour comparer HD 21749c à la Terre. » a expliqué Sharon Wang, membre de l’équipe de l’Université du Carnegie Mellon.

TESS a aussi découvert une sous-Neptune

Le moins qu’on puisse dire c’est que TESS ne chôme pas. En plus de HD 21749c, le satellite a aussi découvert une deuxième planète baptisée HD 21749b. L’existence de cette planète a pu être confirmée par l’instrument PFS (Planet Finder Spectograph), installé sur le télescope Magellan II au Chili.

Cette planète, dont la masse est 23 fois supérieure à celle de la Terre, se présente comme une mini-Neptune chaude. Plus petite que Neptune, elle serait plus gazeuse que rocheuse et ne serait pas non plus habitable.

Dans un avenir proche, l’équipe de TESS espère que le satellite puisse trouver des planètes encore plus froides avec des conditions plus propices à la vie. TESS a encore une année devant elle pour accomplir sa mission donc rien n’est perdu.