Test de la Xiaomi Pad 5

Xiaomi a dévoilé la semaine dernière une nouvelle tablette tactile de 11 pouces, une tablette qui vient se positionner sur un segment haut de gamme et qui m’accompagne depuis une dizaine de jours : la Xiaomi Pad 5. Voici son test.

Il est bien loin le temps où tous les constructeurs comptaient plusieurs tablettes à leur catalogue. Les années passant et face au rouleau compresseur iPad, beaucoup ont quitté le marché. 

La Xiaomi Pad 5 est dotée d'un très bel écran
La Xiaomi Pad 5 est dotée d’un très bel écran

Ce n’est pas le cas de Xiaomi, mais cela faisait tout de même un moment que la marque n’avait pas présenté de nouvelle tablette. J’avais donc très hâte de tester la Pad 5. 

Goboo, un revendeur de la marque, m’a justement envoyé un exemplaire de l’ardoise. Un exemplaire que j’ai reçu juste avant l’annonce et qui m’a franchement convaincu. Je vous explique pourquoi dans cet article.

Un look dans l’air du temps

La Xiaomi Pad 5 fait honneur aux autres appareils de la marque. Elle reprend en effet les mêmes codes et la même identité visuelle.

De face, on retrouve donc un bel écran de 11 pouces encadré par de fines bordures, avec un ratio affichage/façade équivalent à celui de l’iPad Pro de 11 pouces. Le châssis est fait en métal, avec des finitions soignées et une construction robuste. Rien ne bouge et on sent que Xiaomi a apporté le plus grand soin aux détails.

Pas de dos en verre en revanche. Le constructeur a préféré opter pour un plastique mat, un plastique de couleur blanche sur le modèle qui m’a été envoyé. Moins salissant qu’un verre brillant, ce dernier laisse tout de même très vite apparaître des traces lorsqu’on manipule la tablette.

Le module photo, de son côté, ressemble à s’y méprendre à celui des Mi 11. On retrouve les mêmes rondeurs et le même effet en relief.

Le dos de la Xiaomi Pad 5
Le dos de la Xiaomi Pad 5

L’ergonomie est assez intéressante. Le bouton de mise sous tension et les contrôles du volume répondent bien entendu présents, mais on va trouver deux éléments en plus : une attache magnétique située sous les touches du volume et un connecteur en cuivre situé de l’autre côté. 

Sans surprise, l’attache servira à fixer le stylet, un stylet qui ne m’a malheureusement pas été fourni avec la tablette. Quant au connecteur magnétique, il nous permettra de connecter une housse clavier et donc de transformer la Pad 5 en netbook. Encore une fois, j’aurais aimé tester cet accessoire, mais il ne m’a pas été fourni.

La Pad 5 a une autre particularité intéressante : elle embarque quatre haut-parleurs situés sur ses tranches. Et ils font vraiment bien le job, avec un son bien équilibré et englobant. On prend du même coup beaucoup de plaisir à regarder des films ou à jouer sur la tablette.

Côté biométrie, il faudra s’en tenir à la reconnaissance faciale, la tablette étant dépourvue de lecteur d’empreintes. Une reconnaissance faciale qui ne sera que peu sécurisée, puisque reposant uniquement sur la seule et unique caméra frontale présente en façade.

Les bordures entourant la dalle sont très fines
Les bordures entourant la dalle sont très fines

Une tablette multi usage

Si l’iPad rencontre autant de succès, c’est principalement parce que ce n’est pas seulement une tablette. L’appareil répond à plusieurs problématiques, à plusieurs besoins. On peut l’utiliser pour dessiner, pour prendre des notes ou même pour travailler. Du moins à condition de lui adjoindre les bons accessoires.

La Xiaomi Pad 5 répond à la même logique et c’est finalement ce qui fait sa force.

Je l’ai dit plus haut, mais la nouvelle ardoise de Xiaomi prend en charge le Smart Pen, un stylet qui vient s’accrocher sur le côté de la tablette et qui rappelle beaucoup ce que propose Apple avec le Pencil. 

Tout comme lui, il se chargera ainsi en étant accroché à la tablette. Et s’il n’aura besoin que de 18 minutes pour se charger à 100 %, une charge de seulement 10 secondes lui permettra de fonctionner pendant 20 minutes. L’autonomie, de son côté, atteint les 8 heures.

Le module photo de la Xiaomi Pad 5
Le module photo de la Xiaomi Pad 5

Xiaomi explique également sur son site que le stylet offre pas moins de 4 096 niveaux de pression différents, pour un tracé qui se veut le plus naturel qui soit. Des caractéristiques que l’on retrouve également sur les stylets des autres produits haut de gamme. Les mines peuvent être changées et on trouve en plus deux boutons : un pour prendre des captures écrans, un autre pour accéder aux notes.

De son côté, le connecteur magnétique permettra d’accrocher une housse clavier à la tablette. Xiaomi ne propose pas encore d’accessoires dédiés sur son site, mais on trouve de nombreux périphériques tiers sur les boutiques chinoises.

Le poids, de son côté, reste contenu. La Pad 5 pèse en effet 511 grammes et si elle est un peu plus lourde qu’un iPad Pro de 11 pouces et ses 466 grammes, elle est tout de même assez légère pour pouvoir être facilement utilisable en mode tablette ou carnet de notes.

La Pad 5 est assez fine
La Pad 5 est assez fine

Une fiche technique à faire rougir l’iPad Pro ?

On a donc une tablette lookée et polyvalente. C’est un bon début. Et on va voir que la fiche technique n’est pas en reste.

L’écran, pour commencer par le début, atteint les 11 pouces de diagonale, avec une définition en QHD+ pour une résolution atteignant les 2 560 x 1 600. Pas mal, mais la définition ne fait pas tout. Et ça tombe bien, car derrière on va aussi avoir le support complet du DCI-P3 avec une luminosité de 500 nits et un taux de rafraichissement de 120 Hz.

Une dalle de bonne qualité, donc, et qui convaincra les amateurs de multimédia. La tablette se prête en effet bien à ces usages. L’écran est ainsi suffisamment lumineux pour être lisible en extérieur et la colorimétrie est très riche. Notez d’ailleurs que la tablette prend en charge le Dolby Vision.

Pas de mauvaise surprise au niveau du processeur. Xiaomi a opté pour un Snapdragon 860. Et même si ce dernier ne sera pas aussi puissant qu’un Snapdragon 888, il suffira amplement pour la plupart des usages. Même sur des jeux très gourmands, un domaine dans lequel la tablette excellera d’ailleurs grâce à son taux de rafraichissement de 120 Hz. Quant à la mémoire vive, elle restera cantonnée à 6 Go et ce quel que soit le modèle choisi. Le seul point qui varie d’un modèle à l’autre, c’est en effet le stockage : il atteindra les 128 Go pour le modèle le moins cher, contre 256 Go pour la variante proposée au prix le plus haut.

Comme un air de famille
Comme un air de famille

Dans les deux cas, on reste d’ailleurs sur de l’UFS 3.1. Il ne sera en revanche pas possible d’étendre la capacité de stockage de l’appareil et il sera donc préférable de bien réfléchir avant de passer à l’achat.

L’autonomie est convaincante. Elle dépendra bien entendu des usages, mais la batterie de 8 720 mAh vous laissera de quoi voir venir. En ce qui me concerne, j’ai rechargé la tablette tous les deux ou trois jours avec une utilisation modérée.

Concernant le volet photographique, la Pad 5 s’en tient à deux capteurs : un de 13 millions de pixels placé à l’arrière et un de 8 millions de pixels à l’avant. Ce dernier est de bonne qualité, sans pour autant être non plus incroyable. Pour tout vous dire, j’aurais presque préféré que Xiaomi opte pour une configuration inverse et réserve le gros capteur à la caméra frontale. Une tablette est généralement plus utilisée pour de la visio que comme appareil photo.

La dalle est de bonne qualité
La dalle est de bonne qualité

Une plateforme qui se bonifie avec le temps

Je n’ai jamais été très fan de MIUI. J’ai toujours trouvé que la plateforme partait un peu dans tous les sens.

Du moins c’était le cas avant. Les dernières versions améliorent en effet beaucoup la situation et c’est notamment le cas de MIUI 12, la plateforme sur laquelle fonctionne la Pad 5.

MIUI 12 apporte en effet de nombreuses améliorations notables, à commencer par une interface unifiée. Les visuels sont plus cohérents et plus épurés, ce qui améliore bien entendu l’expérience utilisateur. En allant dans les options de la plateforme, il sera même possible d’activer le tiroir d’applications.

Il y a aussi du neuf au niveau du centre de notifications. Ici, Xiaomi a choisi de s’inspirer de ce que propose iOS en divisant le menu en deux entités : les notifications et le centre de contrôle. Pour faire apparaître le premier, il suffira d’effectuer un balayage du haut vers le bas à partir de la zone gauche de l’écran. Pour le second, il faudra répéter le même geste à partir de la zone de droite. A défaut d’être originale, cette fonction a le mérite d’alléger un peu plus le centre de notifications et de le rendre du même coup plus lisible.

J’aime aussi beaucoup la manière dont Xiaomi a implémenté la fonction d’écran partagée. Il suffira en effet de se rendre dans le multitâche et d’exercer une longue pression sur la vignette d’une application pour voir apparaître un menu composé de plusieurs boutons. Dont un pour activer l’écran partagé. Il ne reste alors plus qu’à choisir la seconde application pour ouvrir deux fenêtres côte à côte.

La Xiaomi Pad 5 met le paquet sur les haut-parleurs
La Xiaomi Pad 5 met le paquet sur les haut-parleurs

Pas mal, surtout que le constructeur ne s’est pas arrêté là. Il sera ensuite possible d’attraper la fenêtre en effectuant une pression soutenue sur la barre horizontale située tout en haut et en la déplaçant sur l’écran. L’affichage de l’application basculera alors dans une fenêtre volante que vous pourrez déplacer où bon vous semble sur l’écran. Et si vous voulez la faire disparaître pour revenir dessus plus tard, il suffira de la déplacer dans le coin supérieur droit de l’écran.

Toujours parmi les bonnes surprises, on peut également citer l’outil de prise de notes. Il se montre très complet et il permet de créer des notes écrites ou manuscrites en quelques instants. Dans le second cas, on aura d’ailleurs accès à un panneau d’outils permettant de choisir le type de trait, mais aussi sa couleur ou sa taille.

Mieux encore, si vous le souhaitez, vous pourrez même créer une carte heuristique directement à partir de l’application sans avoir à installer un outil supplémentaire. Un outil qui devrait beaucoup plaire aux amateurs de Mind mapping. De la même manière, l’outil développé par Xiaomi intègre aussi un gestionnaire de tâches pour nous aider à mieux nous organiser.

Il y a encore beaucoup à dire sur MIUI et je pense que le mieux, c’est peut-être que vous vous reportiez à mon test du Mi 11.

MIUI a beaucoup gagné en maturité
MIUI a beaucoup gagné en maturité

Pour conclure

L’iPad Pro est considérée par beaucoup comme la meilleure tablette tactile du marché. Je ne sais pas si c’est vrai, mais il y a au moins une chose de sûre : il existe des alternatives qui méritent d’être considérée.

La plus connue de toutes, c’est sans doute la Galaxy Tab S7, une tablette exceptionnelle à plus d’un titre et qui a pour avantage de pouvoir se transformer en ordinateur portable, avec une interface adaptée pour cet usage.

La Xiaomi Pad 5, de son côté, ne va peut-être pas aussi loin que sa concurrente coréenne, mais elle a tout de même de nombreux atouts pour séduire. Un look sympa, une fiche technique solide et une plateforme qui ne manque pas de punch. Surtout avec cet outil de prise de notes extrêmement complet.

Mais au-delà de tous ces avantages, il y a aussi le prix. La Xiaomi Pad 5 est proposée à moins de 400 € pour le modèle de base et elle est clairement une des tablettes les plus accessibles du marché. Goboo, de son côté, va d’ailleurs encore plus loin avec une réduction plaçant son prix de vente à 299 €. Et à ce prix-là, il sera très dur de lui résister.

Mots-clés xiaomi