Test de Nioh, le titre qui va vous rendre fou

Nioh est disponible depuis un moment sur PS4. Après une semaine passée en sa compagnie, le moment est venu de vous donner mon verdict sur ce titre pas comme les autres.

Nioh a eu une histoire assez mouvementée. Koei Tecmo a en effet commencé à travailler dessus en 2004. Kou Shibusawa n’a pas aimé le résultat et il a donc demandé à Team Ninja de prendre le relais. Une première démonstration a été diffusée en 2015. L’alpha, elle, est sortie un an plus tard et il a fallu attendre ce début d’année froid et pluvieux pour voir débarquer la version finale du titre.

Nioh : capture 1

Le héros de Nioh a un air de ressemblance avec ce bon vieux Géralt, non ?

Il est en effet disponible sur PS4 depuis la fin de la semaine dernière. Après un peu plus d’une semaine passée en sa compagnie, le moment est venu de vous livrer mon verdict.

L’histoire

Nioh place le joueur dans la peau de William Adams, un personnage historique qui a vraiment existé.

Ce Britannique a eu une vie très particulière. Né dans le Kent, il a commencé par devenir l’apprenti de Nicholas Diggings, le propriétaire des chantiers navals de Limehouse. Durant ces années, il s’est formé à l’astronomie, à la construction navale et à la navigation.

Après avoir servi dans la Royal Navy, Williams Adams a décidé de devenir navigateur. Il a écumé une partie de l’Arctique et de la Sibérie avant de trouver un passage vers l’Extrême-Orient.

La légende dit qu’il aurait été le premier Anglais à fouler les terres du Japon. Le Shogun aurait fini par se prendre d’affection pour lui et par le nommer Samouraï avant de lui donner son nouveau nom, Miura Anjin.

Dans les faits, Nioh ne respecte pas totalement la vie de l’homme.

Si le cadre historique est plutôt bien retranscrit, le titre de la Ninja Team fait aussi la part belle au folklore japonais. Dans cet univers, le monde est ainsi envahi par les terribles Yokai, des démons répandant la corruption dans le cœur des hommes.

Nioh : capture 2

Belle musculature, n’est-ce pas ?

Nioh : capture 3

Au début, niveau équipement, c’est assez limité.

Le combat

Nioh n’est pas un titre facile à décrire. Il fait à la fois dans le RPG et dans l’action, le tout avec de gros morceaux de beat them all dedans.

Le héros ne change pas, bien entendu. Quoi qu’il arrive, vous incarnerez donc William Adams. En revanche, vous resterez maître de votre progression et vous aurez donc la possibilité de faire évoluer votre personnage comme vous l’entendez.

Il faudra ainsi commencer par choisir vos deux armes de prédilection.

Comme tout bon Samouraï qui se respecte, William sera en effet capable de manier pas moins de cinq armes différentes : le katana, les doubles lames, les lances, la hache ou la faucille. Le choix de votre spécialité se fera après votre balade de santé dans la tour de Londres et il aura bien évidemment un impact sur le déroulement de vos aventures.

Chaque arme a en effet ses forces et ses faiblesses. La hache, par exemple, est capable d’occasionner de lourds dégâts, mais elle est très lente. Les doubles lames sont extrêmement rapides pour leur part, mais elles occasionnent peu de dégâts et elles ont une portée réduite.

En plus des armes de mêlée, William sera aussi capable de manier des arcs, des arquebuses et même des canons portatifs.

La Team Ninja a bien fait les choses et notre héros pourra ainsi s’équiper de deux armes principales et de deux armes à distance. Ensuite, il suffira de jouer de la gâchette pour passer de l’une à l’autre.

Mais ce n’est pas fini. Il faudra aussi choisir sa posture parmi trois choix différents : la posture haute (coups puissants et lents), la posture moyenne (coups moyens et rapides) et la posture basse (coups faibles et très rapides). Ensuite, pour frapper, vous pourrez enchaîner les coups rapides ou les coups lents. Pour ne rien arranger, l’endurance n’est pas illimitée et chaque coup consommera ainsi du “Ki”.

Une fois la jauge épuisée, votre personnage deviendra extrêmement vulnérable. Fort heureusement, il sera tout à fait possible de récupérer un peu d’endurance à la fin d’un combat grâce à une technique spéciale.

Cela vous semble compliqué ? Rassurez-vous, ce n’est pas qu’une impression. Nioh est un titre extrêmement exigeant. Il faudra compter, au mieux, une dizaine d’heures avant de commencer à le prendre en main. Entre temps, vous allez mourir. Beaucoup mourir, même.

Les premières heures sont extrêmement frustrantes, c’est indéniable. Il y aura même certaines fois où vous aurez envie de tout faire valser et de balancer votre DualShock 4 flambant neuve dans le mur le plus proche, ou même à travers la fenêtre.

Et puis, tout d’un coup, vous allez commencer à lire vos adversaires et vous allez alors comprendre qu’ils suivent tous un modèle bien établi en fonction de leur technique de combat et de l’arme utilisée. Nioh va alors prendre une tout autre dimension… et dimension bien plus excitante.

Surtout lorsque vous allez réaliser qu’il est parfaitement possible de décapiter vos adversaires d’une seule flèche.

Nioh : capture 4

Les autels, une étape incontournable.

Nioh : capture 5

Les menus semblent très bordéliques au début, mais on finit par s’y retrouver.

Le système de progression

Contrairement aux RPG traditionnels, Nioh ne vous permet pas de choisir votre personnage et vous incarnerez ainsi toujours le même héros.

Toutefois, et comme indiqué un peu plus haut, le titre intègre un système de progression très complet. Lorsque vous aurez récupéré suffisamment d’Amrita, vous pourrez en effet monter en niveau et vous aurez alors la possibilité de placer un point supplémentaire dans l’attribut de votre choix.

Ces fameux attributs auront un impact considérable sur votre manière de jouer. Si vous avez choisi le sabre comme arme principale, alors vous aurez tout intérêt à favoriser la force pour augmenter vos dégâts.

Une fois arrivé à un certain seuil, vous serez capable de tuer vos adversaires un en coup, à condition cependant que vous arriviez à vous placer derrière eux et que vous optiez pour la posture haute.

Mais ce n’est pas tout. En effectuant certaines actions, vous pourrez aussi gagner des points bonus à placer dans des compétences magiques. Certaines d’entre elles auront un impact direct sur les dégâts de votre personnage, d’autres sur ses résistances ou même sur les loots.

Et puis, une fois arrivé à un certain stade, vous débloquerez l’arbre des compétences et vous pourrez alors apprendre de nouvelles techniques. Elles apporteront de la profondeur au système de combat et elles vous permettront surtout de façonner un personnage à votre image.

Alors bien sûr, au début, on a un peu de mal à s’y retrouver. L’interface est extrêmement dense et pas toujours super bien pensée. Il faudra donc un temps d’adaptation avant de se sentir comme chez soi.

Nioh : capture 6

On trouve pas mal de consommables différents. Les élixirs sont les plus utiles.

Nioh : capture 7

Faire évoluer son personnage est indispensable, mais vous avez intérêt à bien réfléchir avant d’attribuer vos points.

L’univers

Nioh adopte un découpage classique, en niveau. L’aventure débute dans la Tour de Londres, une tour dont vous devrez vous échapper. Ensuite, après avoir fait un tour rapide au Dojo, vous vous retrouverez dans un village de pêcheurs envahi par des mercenaires. Et ainsi de suite.

La Team Ninja a apporté le plus grand soin aux environnements. Chaque niveau a une ambiance très particulière.

La progression n’est pas facile, bien entendu. Fort heureusement, des autels de prière sont disposés dans des endroits stratégiques.

Le rôle de ces autels est extrêmement important. Ils vous permettront de sauvegarder votre progression, bien sûr, mais ils vous offriront aussi la possibilité de choisir votre bénédiction ou même de faire des offrandes aux dieux. Les objets trouvés sur vos adversaires pourront en effet être échangés contre de l’Amrita.

Mais ce n’est pas le plus intéressant. Lorsque vous priez devant un de ces autels, le niveau est entièrement réinitialisé et tous les ennemis abattus réapparaissent dans la foulée.

Grâce à ce système, on peut donc s’adonner aux joies du farming et se prendre quelques niveaux avant d’aller affronter un boss.

En marge, la Team Ninja a aussi mis en place quelques raccourcis afin de nous faire gagner du temps. Ils consistent par exemple à ouvrir une porte ou même à dérouler une échelle afin de pouvoir accéder plus rapidement à certaines zones.

Le bestiaire est vraiment complet. Entre les Soldats, les Mercenaires, les Samouraïs et les Yokaïs, nous aurons largement de quoi faire. Même chose pour les boss, issus le plus souvent du folklore japonais. Des boss qui peuvent s’avérer extrêmement redoutables, par ailleurs.

Nioh : capture 8

Vous allez souvent revenir aux autels.

Nioh : capture 9

Les décors sont soignés et variés.

La technique

Nioh n’impressionne ni par ses graphismes, ni par ses animations. Il se trouve très loin d’un Witcher par exemple et cela n’a rien d’étonnant.

En effet, à la base, le titre était censé sortir sur la PS3. Le rendu visuel est donc en dessous de ce que propose la PS4. Bon point en revanche, les développeurs du titre ont mis au point plusieurs modes différents.

Sur la PlayStation 4 classique, par exemple, il sera possible d’opter pour le mode cinéma ou pour le mode action. La différence entre les deux ? Si vous choisissez le premier, l’image sera affichée en 1080p avec un framerate tournant autour des 30 fps. Le mode action tendra davantage vers le 900p ou même le 720p, avec une fréquence d’image de 60 fps.

Il sera d’ailleurs préférable d’opter pour ce mode afin d’éviter les ralentissements, des ralentissements qui pourraient avoir raison de votre magnifique technique.

Nioh : capture 10

Il vaudra mieux vous préparer avant d’affronter les fantômes des autres joueurs.

Nioh : capture 11

Nioh est très généreux en loots.

Le verdict

Nioh est un titre extrêmement exigeant. Intransigeant, même.

Chaque combat est unique et… chaque victoire aussi.

Il n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains, c’est un fait. Les bourrins n’accrocheront pas. Les occasionnels non plus. En revanche, si vous aimez les gameplays pointus et complets, alors ce titre vous apportera entière satisfaction et il pourrait même vous valoir quelques nuits blanches.

Nioh : capture 12 Nioh : capture 13 Nioh : capture 14

Mots-clés playstation 4sony