Test des iPhone 13 et iPhone 13 Mini

Et si vous n’aviez pas réellement besoin d’un iPhone 13 Pro ou d’un iPhone 13 Pro Max ? Et si l’iPhone 13 ou l’iPhone 13 Mini suffisaient amplement ? Aujourd’hui, on teste les iPhone 13 les moins chers.

Apple a présenté sa nouvelle gamme d’iPhone le mois dernier, lors d’un Keynote très rythmé. Et tout comme l’année précédente, cette dernière se compose de quatre appareils au total : l’iPhone 13, l’iPhone 13 Mini, l’iPhone 13 Pro et l’iPhone 13 Pro Max.

Les iPhone 13 et iPhone 13 Mini côte à côte
Les iPhone 13 et iPhone 13 Mini côte à côte

Vous le savez déjà si vous avez lu mon guide, mais il y a pas mal de différences entre ces quatre modèles. Et vous devez sans doute être quelques uns – ou quelques unes – à vous demander si les iPhone 13 peuvent combler toutes vos attentes.

Pas de doutes, vous êtes bien tombé.

Un design inchangé

Il faut bien le reconnaître, à première vue, rien ne change vraiment.

Apple a en effet apporté peu de changements au look des iPhone 13. On retrouve ainsi un châssis proche de celui des iPhone 12, avec quelques améliorations assez discrètes.

La plus importante de toutes a sans doute trait à l’encoche. Elle est plus étroite que sur la génération précédente. La firme a en effet déplacé le haut-parleur au-dessus de la pièce afin de libérer plus de place.

Un changement qui n’a aucun impact sur la qualité des appels, mais qui permet de libérer un peu de place à l’écran. L’encoche attirera donc un peu moins l’attention, mais la plateforme ne tire pas partie de cet espace supplémentaire.

On retrouve toujours les mêmes boutons
On retrouve toujours les mêmes boutons

Il y a aussi du neuf au niveau du module photo. La pièce a toujours la même apparence, mais Apple a prédisposé les optiques en diagonale et il faut reconnaître que cela rend le téléphone un peu plus équilibré.

L’ergonomie, de son côté ne change pas. Et c’est très bien. Les boutons du volume sont donc toujours intégrés à la tranche droite, sous l’interrupteur permettant de passer en mode vibreur. Le bouton de mise sous tension se trouve de l’autre côté. Le connecteur Lightning est toujours là lui aussi et on a bien entendu droit à un son stéréo.

Un son de bonne qualité par ailleurs, mais qui manque sans doute d’un poil de basses.

A l’arrière, on retrouve toujours une vitre en verre. Elle n’est pas mate et elle aura donc tendance à attirer les traces de doigts. Le châssis, de son côté, est fait en aluminium. Le métal est teint de la même couleur que la plaque arrière, avec une finition mate très élégante. On appréciera aussi la certification IP68 qui rend les iPhone 13 résistants à l’eau et la poussière.

A l'arrière, on retrouve une plaque en verre brillante. Il y a en revanche du changement pour l'emplacement des modules photo.
A l’arrière, on retrouve une plaque en verre brillante. Il y a en revanche du changement pour l’emplacement des modules photo.

Des appareils agréables à manipuler

Les iPhone 13 ne sont clairement pas dépourvus de charme, mais c’est surtout leur ergonomie qui m’a impressionné durant cette grosse semaine de test.

Après un an passé à cohabiter avec l’iPhone 12 Pro Max, les iPhone 13 et iPhone 13 Mini m’ont un peu fait l’effet d’une bouffée d’air en raison de leur poids contenu et de leurs dimensions compactes.

C’est peut-être un peu idiot, mais d’une certaine manière, ils m’ont permis de redécouvrir la plateforme.

Sur le papier, il n’y a en effet pas grande différence entre un iPhone 13 et un iPhone 12 Pro Max. C’est juste l’affaire de quelques centimètres et de quelques grammes. Mais en réalité, lorsqu’on manipule quotidiennement son téléphone, ces quelques millimètres et ces quelques grammes font toute la différence.

Je n’en avais pas conscience jusque là, mais le poids de l’iPhone 12 Pro Max m’avait inconsciemment poussé à m’en désintéresser. Curieusement, je sollicitais davantage mon iPad Pro et il m’arrivait même de remettre certaines tâches à plus tard, notamment en situation de mobilité. Croyez-le ou non, mais manipuler un téléphone aussi grand et aussi lourd lorsque vous êtes sur un événement ou même lorsque vous êtes dans le métro, cela n’a rien de confortable.

Une sacrée différence de taille
Une sacrée différence de taille

L’iPhone 13 et l’iPhone 13 Mini se sont donc imposés comme des solutions à un problème que je n’avais pas clairement identifié.

En revanche, il y a aussi une autre idée qui s’est révélée à moi cette semaine. Ces deux modèles ne visent absolument pas les mêmes usages. Et ils ne sont clairement pas faits pour les mêmes personnes.

L’iPhone 13 Mini est en effet redoutable en extérieur, lorsqu’on est dans la rue, ou même pour des consultations rapides et ponctuelles. Et ce qu’il s’agisse de surfer sur la toile ou de relever ses mentions sur Twitter. En revanche, il montre rapidement ses limites en jeu ou en multimédia, la petite diagonale de son écran devenant alors un véritable handicap.

L’iPhone 13, de son côté, est mieux équilibré. Il reste facile à manipuler tout en offrant une diagonale suffisante pour profiter pleinement de ses jeux, de ses films et de ses séries. 

Et c’est intéressant. C’est intéressant parce que les dernières rumeurs évoquent d’importants changements pour la prochaine génération d’iPhone. L’iPhone 14 Mini disparaîtrait en effet au profit d’un iPhone 14 Max. Et si on peut comprendre un tel choix d’un point de vue purement commercial, j’espère qu’Apple conservera tout de même un iPhone compact à son catalogue.

Cette fois, les optiques sont placées en diagonale
Cette fois, les optiques sont placées en diagonale

Une fiche technique solide, malgré un manque cruel

Sur le papier, les iPhone 13 Mini et iPhone 13 sont difficilement attaquables.

Ils embarquent ainsi tous les deux un écran Super Retina XDR. Un écran OLED de 5,4 et de 6,1 pouces de diagonale, avec une résolution en 2 340 x 1 080 pour le plus petit modèle et de 2 532 x 1 170 pour le plus grand. Ce qui donne une densité de pixels comprise entre 476 et 460 ppp. En prime, on retrouve bien entendu le support du HDR, du True Tone et du P3, avec un contraste presque infini et une luminosité de 800 nits en standard ou de 1 200 nits en HDR. Soit parmi les écrans les plus lumineux du marché.

Et soyons clairs, ces écrans sont magnifiques. Que ce soit pour regarder des séries, pour retoucher ses photos ou même pour consulter des photos sur Instagram, ils sont tout bonnement irréprochables et peu d’écrans peuvent se vanter de leur arriver à la cheville.

Oui, mais voilà, il leur manque tout de même un truc : le 120 Hz.

Les iPhone 13 sont très confortables en main
Les iPhone 13 sont très confortables en main

Comme je l’avais dit dans mon guide, le 120 Hz n’est pas forcément une nécessité. Et ce tout simplement parce que tout le monde n’en aura pas l’utilité. Sauf que l’on parle tout de même ici de téléphones qui sont respectivement proposés à 809 et à 909 €. Et lorsqu’on demande autant d’argent aux consommateurs, il y a des oublis qui sont difficiles à justifier.

C’est évidemment dommage, d’autant que derrière la puissance est au rendez-vous. La puce A15 Bionic est redoutable, même si elle ne compte que 4 coeurs sur le GPU de ces modèles, contre 5 pour les iPhone 13 Pro.

Soyons clairs, j’ai eu beau solliciter les iPhone 13 comme pas possible tout au long de la semaine, et il n’y a pas une seule fois où ils ont faibli. Même sur les jeux, même en jonglant avec les applications, ils sont restés d’une réactivité extrême.

Extrême, mais pas autant qu’un iPhone 13 Pro. Encore cette histoire de 120 Hz, et on reviendra plus en détails dessus dans mon test des iPhone 13 pro et iPhone 13 Pro Max, c’est promis !

Et puis il y a l’autonomie. Alors clairement, l’iPhone 13 s’en tire bien. Il tient en moyenne entre une journée et une journée et demie sans difficulté. Pour l’iPhone 13 Mini, en revanche, c’est un peu plus compliqué. Je l’ai trouvé plus autonome que son prédécesseur, mais il m’est arrivé plusieurs fois de devoir le recharger avant la fin de la journée.

Ce qui me pousse à penser que la batterie MagSafe a en grande partie été créée pour lui.

L'iPhone 13 Mini proposé en rose, contre le bleu pour l'iPhone 13
L’iPhone 13 Mini proposé en rose, contre le bleu pour l’iPhone 13

Parlons un peu de photo et de vidéo

Le volet photographique semble plutôt généreux sur le papier.

Comme l’année précédente, les iPhone 13 s’en tiennent à deux capteurs et deux focales.

On va donc trouver un premier capteur de 12 millions de pixels couronné d’un grand angle ouvrant à f/1.6.

Le second capteur atteint la même définition et cette fois il est associé à un ultra grand angle offrant un champ de vision de 120° et une ouverture à f/2.4.

Sans surprise, on perd donc le zoom optique qui reste réservé aux modèles pro. Tous les agrandissements opérés sur les iPhone 13 le seront donc de manière numérique. Ce qui se traduira par une perte de qualité inévitable.

Et cela ne veut évidemment pas dire que ce sont de mauvais photophones.

C’est même tout le contraire. En pleine journée, ils sont tout bonnement redoutables et ils arrivent à récupérer énormément de détail sur les scènes photographiées. Le piqué est excellent, de même pour la dynamique. Même en situation de contrejour, les iPhone 13 arrivent à sortir des images de très bonne qualité. En revanche, dans cette situation précise, ils auront aussi tendance à générer de drôles d’artefacts lumineux.

Rien à dire au niveau de la mise au point. Elle est presque instantanée et les iPhone 13 ne tombent jamais à côté. Mieux encore, ils seront même capables de générer un beau flou d’arrière plan pour isoler nos sujets. Un flou à la fois doux, homogène et finalement très naturel.

Les couleurs, de leur côté, tirent toujours un peu vers le jaune. Un problème très récurrent sur les iPhone et que nous avons souvent évoqué. Notamment dans mes comparatifs photo.

En intérieur, tout va dépendre de la lumière. Avec une source lumineuse homogène et bien placée, les iPhone 13 seront une fois encore capables de récupérer beaucoup de détails. La dynamique reste exceptionnelle pour des capteurs de cette taille et on aura toujours cette sensation de flou qui nous permettra de mettre en valeur certains éléments de notre composition.

Le rendu des textures est une fois de plus très impressionnant, de même pour celui des couleurs. Certes, le traitement logiciel d’Apple a tendance à pousser un peu la saturation, mais le rendu reste flatteur. 

De nuit, on conserve un très bon niveau de détails, comme ici avec ces photos prises dans une pièce plongée dans le noir total. 

Attention en revanche, car si vous shootez à main levée, alors la durée d’exposition sera un peu trop courte et les photos perdront en qualité. Il sera donc préférable d’activer le mode pose longue et caler votre iPhone pour récupérer un peu plus de détails sur les scènes photographiées.

Les iPhone 13 comptent deux vraies focales uniquement. Le grand angle, comme on l’a vu, est plutôt efficace. L’ultra grand angle de son côté est en revanche moins lumineux et il sera donc préférable de l’utiliser sur des scènes bien éclairées sous peine de voir très vite apparaître des artefacts.  

Reste qu’il est efficace, avec des couleurs homogènes par rapport au grand angle et une distorsion bien maitrisée.

L’iPhone a toujours été une fantastique machine à portraits et ce ne sont pas les iPhone 13 qui dérogent à la règle. Encore une fois, le rendu est très flatteur, avec une belle colo et une dynamique impressionnante. De même pour le piqué qui rend les clichés très crispy.

Le flou est plutôt homogène, mais le détourage n’est pas parfait et il arrive ainsi souvent aux iPhone 13 de tomber à côté. Comme ici avec cette photo de Lola. La zone située entre son bras gauche et son corps reste en effet nette alors qu’elle aurait dû être floue.

Parfois, le découpage se fait également un peu à la serpe, mais il suffira d’augmenter un peu l’ouverture pour corriger le tir.

La caméra frontale est elle aussi capable de sortir des images précises avec une belle dynamique. Les couleurs restent un poil saturées, mais le rendu est tout de même intéressant. Une fois encore, j’ai un peu plus de réserves sur le flou. Le découpage laisse parfois à désirer, comme ici au niveau de mes cheveux. On sent que les algorithmes de traitement ont eu du mal à faire la distinction entre ma tête et le fond très lumineux de la photo.

Côté vidéo, les iPhone 13 peuvent filmer en 4K à 60 images par seconde. Il faudra en revanche penser à se rendre dans les réglages pour profiter de cette définition.

Les résultats, comme toujours avec Apple, sont là. Les nouveaux iPhone excellent en effet dans cet usage et ils sont une fois encore capables de récupérer un maximum de détails. Mieux encore, ils arrivent aussi à restituer un effet de profondeur de champ, même sans basculer sur le mode cinématique.  Les couleurs sont toujours un peu saturées, mais le rendu est plutôt intéressant. Si cela vous gêne, il sera toujours possible de basculer sur Filmic Pro pour filmer avec des profils adaptés à l’étalonnage.

Mais au-delà de tout cela, les iPhone 13 proposent aussi une ou deux petites fonctions en plus.

La première de ces fonctions, ce sont les styles. Ils permettent de modifier de nombreux paramètres au moment de la prise de vue, comme la tonalité ou encore la température. Il serait bien évidemment tentant de les comparer à des filtres, mais ce serait faire une erreur. Contrairement à ces derniers, les styles n’appliquent pas ces changements après la prise de vue, mais au moment du déclenchement, et donc en fonction des conditions lumineuses globales. Une nuance importante.

Dans les faits, la différence peut sembler peu perceptible, mais elle est bien là et il suffit de développer ces images sur un ordinateur pour voir des différences subtiles entre chaque style.

La seconde nouveauté notable, c’est l’arrivée d’un mode cinématique. Disponible par le biais de l’application, il permet de filmer en faisant le focus sur un sujet et en générant un flou plus marqué afin de simuler l’effet d’une optique très lumineuse. C’est intéressant, surtout que ce mode permet aussi de changer le focus automatiquement ou manuellement en pleine prise de vue. Cela permet de générer des effets intéressants.

Il y a en revanche une limitation très agaçante : la définition. Dans ce mode, les vidéos se limiteront au 1080p. Pas de 4K possible pour le moment. Un manque difficile à comprendre, surtout avec une puce aussi puissante que l’A15.

Et ce n’est malheureusement pas la seule limitation à souligner. Apple a effectivement fait des différences entre ses iPhone et les modèles de base font l’impasse sur la macro et le ProRes.

Pour le ProRes, ce n’est pas vraiment un problème. Ce mode s’adresse en effet à certains vidéastes et tout le monde n’en aura pas l’utilité. En revanche, pour la macro, cela déçoit. 

De manière plus générale, je trouve dommage qu’Apple ait fait autant de compromis sur les iPhone 13. J’aurais aimé retrouver les mêmes capteurs et les mêmes optiques que les modèles « pro » au niveau du grand angle et de l’ultra grand angle. Or là, si la définition ne change pas, on est vraiment sur deux modules très différents. Les capteurs des iPhone 13 Pro sont en effet physiquement plus grands et ils sont en plus couronnés par des optiques plus lumineuses.

Le pourtour des iPhone 13 est fait en aluminium, avec une finition mate très élégante
Le pourtour des iPhone 13 est fait en aluminium, avec une finition mate très élégante

En Conclusion

En dépit de ces manques, les iPhone 13 Mini et iPhone 13 restent de bons appareils. Très polyvalents, ils ne révolutionnent peut-être pas le genre au niveau de leur design, mais ils ont le mérite d’être dotés d’un très bel écran et d’une puce extrêmement puissante, avec une autonomie revue à la hausse.

Côté photo, ils s’en sortent bien, et ce en dépit des concessions faites par Apple. Et s’ils n’iront peut-être pas aussi loin que les modèles « pro », ils conviendront finalement à la plupart des gens.