Test du BeeWi BBH300

Il existe des milliers de références sur le marché des casques audio. Pour se démarquer du lot, certains constructeurs mettent l’accent sur le design ou sur les performances de leurs produits. BeeWi ne s’est pas contenté de produire un casque joli à regarder et capable de délivrer un son de bonne qualité. La marque française a effectivement fait preuve d’originalité en produisant un casque intelligent et connecté : le BBH300. Et si ce dernier a été récompensé à l’occasion du CES 2014, ce n’est évidemment pas pour rien.

BeeWi est une société basée à Marseille. Elle compte un certain nombre de produits à son catalogue. Des casques, bien sûr, mais aussi des jouets connectés et même quelques périphériques. Le BBH300, lui, fait figure d’OVNI car il se présente à la fois comme un casque, et comme un dispositif capable de transmettre du son à un autre appareil. Je m’amuse avec depuis quelques jours maintenant, et le temps est donc venu de vous faire un récit de l’expérience, avec une jolie vidéo en prime.

BeeWi BBH300 : photo 1

Le BeeWi BBH300 intègre des contrôles tactiles situés directement sur la structure maintenant le coussin gauche.

Caractéristiques Techniques

Comme à l’accoutumée, avant d’aller plus loin, nous allons passer en revue les caractéristiques du casque histoire que tout le monde sache bien de quoi il s’agit. Cette liste de spécifications vous permettra en outre de comparer le BBH300 à la plupart des casques du marché :

  • Puissance : S/N > 90 dB, 100 dB SPL Max.
  • Réponse de fréquence : 20 Hz à 20 000 Hz.
  • Bluetooth : 2.1+EDR.
  • Portée maximale : 10 mètres.
  • Autonomie en utilisation : 18 heures.
  • Autonomie en veille : 80 heures.
  • Temps de charge : 2h30.
  • Dimensions : 59 x 168 x 153 mm.
  • Poids : 148 grammes.
  • Prix : 109€ en moyenne.

Le casque est vendu avec plusieurs accessoires dont une housse de rangement en plastique rigide, une station d’accueil (nous aurons l’occasion d’en reparler un peu plus bas), un adaptateur secteur avec plusieurs prises, un adaptateur mini jack vers jack 6,5 mm, un câble audio RCA de 60 centimètres, un câble USB et un câble audio stéréo avec microphone intégré. Jolie panoplie, non ?

Le BBH300 pourra être utilisé en mode sans fil, mais également comme un simple kit mains libres en utilisant le câble fourni. Il sera alors possible de recevoir des appels par son entremise. Notez qu’un microphone est aussi intégré au casque. Pas besoin du câble pour dialoguer avec ses proches.

Les nombreuses prises secteur inclues devraient intéresser les plus grands voyageurs puisqu’ils pourront brancher le casque à des prises européennes, américaines ou anglaise. Le package est plutôt fourni et c’est finalement une bonne chose puisque peu de fabricants vont aussi loin.

Mais qu’en est-il de la qualité de la restitution sonore ? C’est évidemment très subjectif mais le son distribué par le casque est plutôt agréable, avec des basses bien présentes. Il ne va pas aussi loin que mon MDR-1RBT mais cela n’a rien d’étonnant puisque les deux casques ne sont pas sur la même grille de prix non plus. Le casque de Sony est effectivement proposé à 250 euros, soit cent euros de plus que le BBH300.

BeeWi BBH300 : photo 2

Le BBH300 posé sur sa station d’accueil.

Design & Ergonomie

Certains casques sont vraiment très tape à l’oeil et ce n’est pas le cas du BeeWi BBH300. Ses lignes sont à la fois épurées et élégantes. Le constructeur m’a prêté le modèle noir (il existe aussi en blanc) et il vaut avouer qu’il m’a beaucoup plu. Si les plastiques sont brillants, ils ont le mérite de ne pas être trop sensibles aux traces de doigts. L’ensemble semble plutôt solide et la housse en plastique rigide protègera efficacement le casque lors de nos déplacements.

Les deux coussins sont montés sur une armature capable de se replier vers l’intérieur de l’arceau pour nous faire gagner de la place pendant le transport. Ils sont également montés sur des rails et ils pourront ainsi s’adapter à la forme et la taille de tous les crânes.

Contrairement à la plupart des constructeurs du secteur, les coussins du BBH300 sont de forme carrée. Ils ne viendront pas forcément englober toute l’oreille mais ils restent confortables à porter. Durant mon test, j’ai passé plusieurs heures avec le casque sur les oreilles sans ressentir de gêne. Seul bémol, il a parfois du mal à réduire le bruit ambiant. Sur ce point, il est nettement moins efficace que mon MDR-1RBT qui m’isole efficacement des cris stridents de ma fille. C’est qu’elle a la voix qui porte, la coquine.

Plutôt de d’intégrer des boutons physiques à casque, BeeWi a opté pour des contrôles tactiles directement intégré à la structure maintenant le coussin de gauche. En quelques effleurements, nous pourrons ainsi naviguer de piste en piste, mettre la lecture en pause, contrôler le volume, prendre un appel ou raccrocher. Un temps d’adaptation sera néanmoins nécessaire. Au début, on a effectivement tendance à taper au mauvais endroit au mauvais moment, mais ce n’est qu’une question d’habitude.

Sous le coussin de gauche, nous trouverons également un port Micro USB et une prise jack pour connecter le casque à sa station d’accueil, ou à notre smartphone.

BeeWi BBH300 : photo 3

La station d’accueil du BeeWi BH300 intègre un témoin de charge.

Fonctions

La station d’accueil livrée avec le BeeWi BBH300 est parfaitement capable de recharger le casque. Il suffira alors de le poser sur le socle et de brancher la base à une prise secteur pour l’alimenter. Enfin, ce n’est pas tout à fait exact puisqu’il faudra s’assurer que la prise supérieure du dock s’insère dans le port Micro USB du casque.

Une manipulation pas toujours évidente. Disons qu’il faut bien viser et ne pas trop forcer. Le mieux, finalement, c’est de commencer par replier le coussin de droite sous l’arceau pour ensuite brancher le coussin de gauche. Lorsque ce dernier sera correctement positionné, nous n’aurons plus qu’à déplier la partie droite du casque et à la positionner sur la station d’accueil. En ce qui me concerne, j’aurais vraiment préféré un système de recharge sans fil à la Qi. Ce sera peut-être pour le prochain modèle.

Mais voilà, le truc vraiment chouette, c’est que la station d’accueil ne sert pas qu’à recharger le casque. Grâce à sa prise jack, nous pourrons également la brancher à une chaine HiFi ou même à un n’importe quel ampli. Pour quoi faire ? Pour diffuser la musique de notre smartphone vers notre installation voyons ! Pas besoin d’investir dans une solution tierce, et le plus beau c’est que ça marche vraiment avec n’importe quoi.

C’est même très facile à mettre en place.

BeeWi BBH300 : photo 4

Le BeeWi BBH300 peut se replier facilement pour nous permettre de gagner de la place…

En Conclusion

Le BeeWi BBH300 est un bel objet, c’est certain. Mais son véritable atout, c’est qu’il peut être utilisé de trois façons différentes, soit comme un simple casque Bluetooth, comme un kit mains libres ou comme un appareil de diffusion. Pour un prix tournant autour des 100 euros, en plus ! Difficile de faire mieux, c’est certain.

J’ai aussi beaucoup apprécié le soin qui a été apporté au package. Les fabricants sont souvent très pingres niveau accessoire, et ce n’est pas du tout le cas ici puisque nous trouverons dans la boite tout ce dont nous aurons besoin pour profiter du casque et de ses fonctionnalités.

Bref, si vous cherchez un casque agréable à l’oeil, capable de se transformer facilement en kit mains libres et disposant en plus de fonctions intelligentes et bien pensées, alors n’hésitez plus et foncez. Le BBH300 ne vous décevra pas, c’est une certitude, surtout dans cette gamme de prix.


Mots-clés beewitestsvidéo